Les Rencontres internationales Monaco et la Méditerranée réunissent tous les deux ans, début mars, des experts des sciences, des arts et des lettres. La douzième édition était consacrée aux "Jardins en Méditerranée". Lors de cette occasion, France 3 Côte d'Azur a posé trois questions à Alain Baraton, le jardinier en chef du Domaine de Trianon, du Grand Parc de Versailles et des Jardins de Marly. Ce 20 mars, c'est le printemps !

Né dans les années soixante, Alain Baraton a choisi de devenir jardinier en hommage à son grand-père. En 1976, il entre comme aide-jardinier au parc du château de Versailles. Quelques années plus tard, en 1982, il devient le jardinier en chef du Domaine national de Trianon, du Grand parc.

Chaque semaine, il fait partager sa passion du jardinage aux auditeurs et aux téléspectateurs du service public sur France Inter dans sa chronique La Main Verte les samedis et dimanches matin et à la télé dans une chronique hebdomadaire de l'émission La Quotidienne sur France 5.

Depuis septembre 2014, il est membre du Conseil national des Parcs et Jardins et est correspondant national de l’Académie d’agriculture de France.

Pour l'ouverture de la douzième édition des Rencontres internationales Monaco et la Méditerranée, c'est ce grand jardinier qui était en charge de la conférence inaugurale dont la thématique est "l’influence du jardin méditerranéen".

Une thématique qui sera déclinée en trois temps : celui de l’abondance, celui des vertus et enfin, celui du Merveilleux.

France 3 Côte d'Azur : Pour vous, qu'est-ce qu'un jardin méditerranéen ?

Alain Baraton : "Un jardin méditerranéen, pour moi, c'est un jardin qui a l'avantage de fournir de quoi s'alimenter d'une part et d'autre part qui a le pouvoir de sublimer un mets, un plat, un repas. Je pense à toutes ces plantes comme l’estragon, le romarin ou l'ail...

Un jardin méditerranéen, c'est un jardin qui se caractérise également par les odeurs qu'il diffuse. Je pense à la lavande, au jasmin, aux fleurs d'orangers ou de citronniers. Et puis, c'est par ailleurs un jardin qui est un peu particulier ; un jardin d'apparence désordonné, mais qui a toute une logique. En un mot, c'est le jardin du soleil. C'est un jardin où il fait aussi bon flâner, se reposer."

Grandeur et décadence d'un jardin ? Ça signifie quoi pour vous ?

Alain Baraton : "Un jardin naît de l'imagination d'un architecte, d'un créateur ou d'un propriétaire d'un terrain. Beaucoup de personnes, qui sont à l'origine d'un jardin, oublient que ce qui fait sa beauté, ce n'est pas seulement sa conception, mais son entretien. Il n'y a pas de jardin pérenne sans jardinier. D'ailleurs, ce qui a fait la grandeur d'un jardin, ce sont les jardiniers compétents qui ont su l'entretenir et le magnifier. Bien souvent, la décadence et le déclin coïncident avec l'absence de jardinier. Soit de leur disparition, soit de l'action de personnel non qualifié ou non amoureux des jardins, c'est encore pire. C'est ça la vraie décadence en fait !

Fort heureusement, c'est en train de changer ! Les jeunes gens qui aujourd’hui travaillent dans les jardins, ils le font par vocation. Ce sont des passionnés. Hier, beaucoup de jardiniers étaient jardiniers car juste à la recherche d'un emploi. Aujourd’hui, ce sont vraiment des personnes qui ont choisi ce métier pour vraiment travailler en symbiose avec la nature."

Le jardin méditerranéen de demain, comment le verriez-vous ?

Alain Baraton : "Ce serait un jardin conçu avec intelligence et qui emploierait des végétaux qui sont gourmands, je dirais, de ...presque rien ! Ce seraient des plantes qui pourraient rester longtemps sans eau, car on s'attend dorénavant à des sécheresses monumentales. Ce serait également un jardin qui ne demande pas de produits chimiques, qui ne demande pas de mécanisation pour être entretenu. Ce serait un jardin de nature ! J'aime à dire que le jardin n'est jamais la reproduction de la nature, mais qu'il en est une certaine caricature.

Le jardin méditerranéen de demain, ce serait la reproduction d'une forme de nature que l'on va essayer de domestiquer pour mieux se l'approprier ! Vous voyez ce que je veux dire ? Le jardin méditerranéen de demain, ce serait un jardin que l'on contemplerait et dans lequel on interviendrait que lorsque ce serait vraiment nécessaire, pas avant. Et ce bien sûr dans un esprit de biodiversité et de respect de l'environnement. Ce serait ça pour moi le jardin méditerranéen de demain".

On a généralement l’impression que les changements de saison interviennent les 21 du mois. Pourtant, cette année, le printemps va débuter ce 20 mars, jour de l'équinoxe.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité