Jean-Claude Guibal : une vie dédiée à la ville de Menton

Le maire de Menton, Jean-Claude Guibal, est mort ce lundi 25 octobre 2021 à l'âge de 80 ans. Il était une figure majeure de la vie politique de l'est des Alpes-Maritimes.

Jean-Claude Guibal était une figure majeure de la vie politique azuréenne. Il était élu sans discontinuer à la tête de la ville de Menton depuis 1989. Il avait battu le maire sortant, Emmanuel Aubert. 

Juste après sa victoire au second tour (voir la vidéo ci-dessous), le nouveau maire s'était fixé comme priorité de faire un audit et de préparer Menton à l'ouverture des frontières en Europe, le 1er janvier 1993 : "C'est une date historique pour notre ville qui est une ville frontalière (...) nous allons relancer l'économie dans tous les secteurs dans les quatre ans, et c'est très court, qu'il nous reste", expliquait Jean-Claude Guibal.

 

32 ans plus tard, le 29 juin 2020, Jean-Claude Guibal a été réélu pour un 6ème mandat d'affilée. Le maire sortant (LR) a obtenu 55,70% des voix, son adversaire Olivier Bettati (DVD) remporte 44,30% des suffrages exprimés. Une fois les résultats proclamés Jean-Claude Guibal s'est exprimé, ému, au micro de France 3 Côte d'Azur :

Je veux dire aux Mentonnaises et aux Mentonnais que je leur suis extrêmement reconnaissant de cette confiance. Cette confiance m’engage. Elle m’engage à me consacrer à Menton encore plus pleinement que je l’ai fait et pourtant je n’ai pas ménagé ma peine. Je vais me consacrer aussi pleinement que possible, aussi efficacement, à défendre les Mentonnaises et les Mentonnais.

Jean-Claude Guibal, maire de Menton

 

Né à Ajaccio en 1941, Jean-Claude Guibal est diplômé de l'école HEC (Hautes études de commerce) à l'âge de 22 ans, puis de Sciences Po et de l'ENA (promo 1967-1969). Il s'engage ensuite en politique à l'UDF et se présente aux élections municipales de Menton en 1989.

Député pendant 20 ans

En 1997, il quitte l'UDF pour rejoindre le RPR et se présente, pour la 3ème fois, aux élections législatives. Après deux échecs (1989 et 1993), il est élu député de la 4ème circonscription des Alpes-Maritimes, une fonction qu'il occupera jusqu'en 1997. Après 20 ans passés sur les bancs de l'Assemblée Nationale, Jean-Claude Guibal décide de ne pas se représenter, suite au vote de la loi sur le cumul des mandats.

Pour Jean-Claude Guibal, la politique est une affaire de famille. En 2001, il se marie avec sa première adjointe à la mairie de Menton (1989-2009). Sa femme, Colette Giudicelli, devint sénatrice des Alpes-Maritimes en 2008 et siègea au Palais du Luxembourg jusqu'à son décès, en 2020.
 

Justice

En juin dernier, une enquête est ouverte à l'encontre de Jean-Claude Guibal pour « prise illégale d’intérêts, détournement de fonds publics, corruption et trafic d’influence ». Cette enquête concerne la gestion des ports de Menton. 
La justice reproche à Jean-Claude Guibal d'avoir "prolongé de vingt ans la délégation de service public (DSP) confiée par la commune à la SPL des ports de Menton, pour l’exploitation des deux ports de la ville", écrit Médiapart. Une décision prise selon le site d'information "sans aucune concertation avec les services municipaux".
Des faits réfutés par la municipalité. Dans un communiqué la mairie de Menton indiquait que : "le maire est serein et agira en toute transparence à l’égard de toutes les autorités".

Quelle que soit l'issue du dossier, l'ouverture de cette enquête a fait de l'ombre aux derniers mois de mandat de Jean-Claude Guibal.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique