• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Menton, Roquebrune-Cap-Martin, Cap-d'Ail et Eze bénéficient de l'état de catastrophe naturelle après la tempête Adrian

Une plage privée à Menton, suite aux dégâts consécutifs au coup de mer dans la nuit du 29 au 30 octobre 2018. / © Jean François Ottonello / MAX PPP
Une plage privée à Menton, suite aux dégâts consécutifs au coup de mer dans la nuit du 29 au 30 octobre 2018. / © Jean François Ottonello / MAX PPP

Ces communes avaient été sinistrées les 29 et 30 octobre 2018 suite à des inondations résultant du choc mécanique de vagues. L'Etat avait une première fois refusé de considérer qu'il s'agissait d'une catastrophe naturelle, mais le combat des élus a payé.

Par Catherine Lioult

Les 28 et 29 octobre derniers, la tempête Adrian frappe la Côte d'Azur et le secteur mentonnais est particulièrement touché. 
Des vagues s'abattent sur le littoral et dévaste à la fois la voirie et les commerces.
Gros dégâts le 28 octobre 2018 sur le littoral mentonnais, touché par la tempête Adrian. / © France 3 Côte d'Azur
Gros dégâts le 28 octobre 2018 sur le littoral mentonnais, touché par la tempête Adrian. / © France 3 Côte d'Azur
 
Les restaurants ont été durement impactés par la tempête Adrian / © Jean François Ottonello / MAX PPP
Les restaurants ont été durement impactés par la tempête Adrian / © Jean François Ottonello / MAX PPP

Plusieurs salles du musée Jean Cocteau sont été inondées avec 1m50 d'eau. Les plongeurs devront travailler toute la nuit pour sortir les tableaux immergés.
Les sinistrés attendaient avec un patience le classement des communes en état de catastrophe naturelle. C'est chose faite. 
L'arrêté interministériel date du 15 avril dernier, et il est paru au journal officiel ce 4 mai.
 

Une victoire pour les élus


La commission interministérielle n'avait pas validé cette demande le 31 janvier dernier et les maires avaient fait un recours gracieux. De son côté, la députée LREM Alexandra Valetta-Ardisson a rencontré le ministre de l'Intérieur pour que la commission étudie une nouvelle fois le dossier.


10 jours pour déclarer les dégâts


Les sinistrés disposent de 10 jours à compter de la parution de l’arrêté pour déposer un état estimatif des pertes qu’ils ont subies auprès de leurs compagnies d’assurance. Ils pourront ainsi bénéficier du régime d’indemnisation instauré par la loi n° 82-600 du 13 juillet 1982 modifiée.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Geneviève Legay (06)

Les + Lus