Monaco : un tableau de Maître espagnol récemment découvert, vendu 420.000 euros aux enchères

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emma Arnau

Une toile de Jusepe de Ribera, Maître espagnol du 17e siècle a récemment été "découverte" par un historien. Intitulé "Saint Thomas, apôtre", la toile mise aux enchères à Monaco ce dimanche a été vendue 420.000 euros.

C'est une œuvre que le milieu de l'art n'espérait pas. "Saint Thomas apôtre" un tableau de la jeunesse de Jusepe de Ribera, maître espagnol du courant Caravagesque.

Il y a une quinzaine d'années une vingtaine de toiles non signées lui sont attribuées par le Florentin Gianni Papi. L'historien d'art Nicola Spinosa, spécialiste de Jusepe de Ribera confirme. La découverte est majeure, jusque-là, on ne connaissait pas de toile de la jeunesse du Maître. 

ces premières années du peintre sont peut-être les plus intéressantes

Eric Turquin

expert en tableaux pour l'hôtel des ventes de Monaco

Pour Eric Turquin, expert en tableaux pour l’hôtel des ventes de Monaco : " ces premières années du peintre sont peut-être les plus intéressantes, car Ribera a eu la chance que sa trajectoire croise celle de Caravage, ça en fait un artiste passionnant. Ribera arrive en Italie en 1607, Caravage vit encore. C'est peut-être un des artistes du courant Caravagesque les plus proche de Caravage."

Le tableau est daté aux alentours de 1616 par Spinoza. Conservé dans un état exceptionnel selon les experts. 

Eric Turquin est insatiable sur l'oeuvre mise aux enchères ce dimanche à Monaco.

" Deux choses sont très frappantes : d’abord les mains, très caravagesques, notamment le pouce avec du noir sous l’ongle, ce côté un peu dégoutant qu'on retrouve chez Caravage. Et l’éclairage, un peu à la Fellini, très cinématographique. Ribera a repris de Caravage l’éclairage artificiel qui concentre la lumière. C’est la grande leçon de Caravage. Les mains de notre tableau sont absolument sensationnelles, c’est peut-être ce qu’il y a de plus beau dans le tableau."

Le tableau "Saint Thomas apôtre" ferait partie d'une série des douze Saints.

"Il en reste encore à trouver" se réjouit Eric Turquin.

L'œuvre est estimée à 200.000 euros a été vendue ce dimanche à 420.000 euros au terme d'un vif débat d'enchères.