Si vous pensez passer les fêtes de Noël ou faire vos courses en Italie : attention aux contrôles

Avec plus de 60 000 morts du Covid-19, l'Italie est l'un des pays d'Europe les plus sévèrement touchés. Les autorités ont prévu de nouvelles restrictions en fin d'année. Ne pas les respecter, c'est être refoulé ! 

Pas d'attestation ? On fait demi-tour !
Pas d'attestation ? On fait demi-tour ! © EMMANUEL FELIX FTV

Elles arrivent de Paris, en vacances à Menton. L'idée ? Un petit jogging, et un cappuccino en Italie. De quoi profiter du déconfinement, et du premier jour sur la Côte d'Azur.

Les Italiens, ils ont refusé, ils ont dit que ce n'est pas possible de passer si je n'ai pas de maison en Italie.

Une vacancière

Le cappuccino, ce sera pour une autre fois...

Le poste frontière de Menton.
Le poste frontière de Menton. © EMMANUEL FELIX / FTV

Demi-tour aussi pour les Français qui pensaient franchir la frontière facilement. Après cette année 2020 et deux confinements, l'Italie a annoncé la couleur. L'épidémie de Covid-19 complique tout, et il y a des contraintes.

Dans ce pays, le coronavirus a fait des ravages, avec, en cette mi-décembre, plus de 60 000 décès :

Au poste frontière, les carabiniers n'ont pas d'état d'âme. Les attestations doivent être remplies et le motif entré dans la case de ce qui est autorisé (motif professionnel ou de santé).

Cet automobiliste pourra passer, il est en règle.
Cet automobiliste pourra passer, il est en règle. © EMMANUEL FELIX / FTV

L'obligation de dépistage

Les carabiniers arrêtent voitures et piétons.
Les carabiniers arrêtent voitures et piétons. © EMMANUEL FELIX / FTV

Comment entrer sur le territoire italien, pour un court, un long séjour ou tout simplement pour faire un tour au marché de Vintimille ?

Tout est précisé sur le site de France Diplomatie. Tous les voyageurs doivent donc remplir un formulaire et prendre connaissance d'une notice d’information en la signant. 


Pour l'heure, l’obligation de dépistage dépend du pays de provenance ou de résidence dans les 14 jours qui précèdent le voyage en Italie (et non de la nationalité du voyageur).

Si c'est la France, vous devrez présenter le résultat négatif d’un test moléculaire (PCR) ou antigénique de moins de 48h. Si vous n'êtes pas en capacité de présenter ce document, vous faites demi-tour, ou c'est la quatorzaine !

Trois zones

Le territoire italien est réparti en zones, rouge pour risque maximal, orange pour risque élevé et jaune pour risque modéré, avec des contraintes différentes et évolutives selon la situation.

Il y a un dénominateur commun sur tout le territoire : le port du masque obligatoire, le couvre-feu de 22 heures à 5 heures avec attestation obligatoire si vous sortez dans ce délai, pas de musées ni de salles de sport ou de spectacles.

Des mesures plus restrictives entre le 21 décembre et le 6 janvier

Même avec un test négatif, pour les voyageurs en provenance de France, c'est la quatorzaine à compter du 21 décembre !

PAS DE TEST POUR EUX : 

Des mesures additionnelles sont prévues dans certaines régions italiennes comme la Sardaigne, la Sicile, les Pouilles, Campanile et Naples et Saint Marin.

Enfin, du 21 décembre au 6 janvier, les déplacements entre régions seront interdits, y compris pour les Italiens qui voudraient aller dans leur résidence secondaire.

Ces mesures sont expliquées par Alban Mikoczy, à Rome, pour France Télévisions. Il explique comment les Italiens perçoivent ces restrictions.

 

 

Pour rappel : le couvre-feu de 22 heures à 5 heures est toujours de rigueur, il sera prolongé à 7 heures dans la nuit du Nouvel An. Enfin, le port du masque, c'est partout sauf à la maison.

Que faire en Italie ?

En Italie, pas question de skier, comme en France, les remontées mécaniques ne rouvriront qu'à compter du 7 janvier. Pas question non plus d'aller en boîtes de nuit, à l'intérieur ou en plein air, elles sont fermées et il y a le couvre-feu.

Restent les cafés, les restaurants et les bars jusqu'à 18 heures, 22 heures pour la vente à emporter. Les cérémonies religieuses, c'est 30 personnes maximum.

Et ailleurs en Europe ?

Nos autres pays voisins durcissent également les mesures à l'approche des fêtes de fin d'année. Julien Gasparutto, en direct de Bruxelles le vendredi 11 décembre explique dans le journal de France 3 :

 

 

Si vous voulez voyager, sachez donc qu'en Allemagne, il faudre être entre cinq et dix personnes à table, en Espagne, dix personnes, puisque la situation s’est légèrement améliorée et que les déplacements sont désormais autorisés.

En Belgique, les règles sont plus strictes. Il n’y a pas d’assouplissement le soir de Noël : une seule personne peut être invitée dans chaque famille. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : conseils pratiques santé société italie international noël événements sorties et loisirs coronavirus/covid-19