• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Migrants: au moins six militants de Roya Citoyenne en garde à vue

Une militante d'aide aux migrants dans la vallée de la Roya (archive). / © France 3 Côte d'Azur
Une militante d'aide aux migrants dans la vallée de la Roya (archive). / © France 3 Côte d'Azur

Au moins six militants de Roya Citoyenne, association pour la défense des migrants à la frontière franco-italienne, sont entendus en garde à vue depuis mercredi, a-t-on appris auprès d'un de leurs avocats.

Par L.V. AFP

"Ils sont quasiment tous membres du conseil d'administration de Roya Citoyenne, ils ont été perquisitionnés au cours d'une opération des gendarmes à partir de 06H00 mercredi et placés en garde à vue sur commission rogatoire du juge niçois Alexandre Julien", a précisé Me Zia Oloumi. 

Joint par téléphone il a ajouté que les gardes à vue de trois membres de l'association ont été levées en début d'après-midi. 
 

Selon un témoignage sur le site de l'association Habitat et Citoyenneté, dont l'un des membres Alain Creton est en garde à vue, "neuf gendarmes armés de façon impressionnante" se sont présentés chez ce producteur de châtaigne à 06H30 mercredi pour l'emmener.

Alain Creton est "en garde à vue dans le cadre d'une enquête concernant le passage de frontière, l'assistance et l'aide à la circulation de personnes en situation irrégulière", selon l'association.
 
    

Une association souvent sanctionnée


Cédric Herrou, producteur d'oeufs et d'olives à Breil-sur-Roya et militant le plus connu de la vallée, ne figure pas parmi les personnes visées dans cette enquête. Joint par l'AFP, le parquet de Nice n'était pas en mesure de fournir de précisions.
    
Roya Citoyenne est depuis 2016 dans le collimateur de la justice et plusieurs de ses membres ou sympathisants ont été sanctionnés pour l'aide qu'ils ont apportée à des migrants arrivés clandestinement d'Italie. 
  
Cette aide s'est matérialisée notamment par la défense de leurs droits à pouvoir demander l'asile en France, à être pris en charge pour les mineurs isolés et par une mise en cause de l'administration et de la police devant les tribunaux lorsque les textes de loi protégeant les droits des migrants sont bafoués. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les investissements prévus en PACA

Les + Lus

Les + Partagés