Nice, Antibes, Cannes...le soleil peut provoquer des cancers de la peau, les dermatologues invitent à la prudence

Sur la Côte d'Azur, si le soleil est l'ami des vacanciers et des Sudistes, il reste pourtant "un ennemi invisible." En effet, 50 à 70 % des cancers de la peau sont directement liés à une surexposition aux rayons. Les dermatologues se mobilisent jusqu'à ce 18 juin pour faire de la prévention. 

La 23ème édition de la Semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau se déroule jusqu'au 18 juin. Et votre bronzage, à partir de quand ? Attention...
La 23ème édition de la Semaine de prévention et de dépistage des cancers de la peau se déroule jusqu'au 18 juin. Et votre bronzage, à partir de quand ? Attention... © Nathalie Morin FTV

Le thermomètre affiche 27 degrés en moyenne en ce moment sur la Côte d'Azur ! Pas de doute, l'été est proche dans cette région prisée des vacanciers.

Ce mardi 15 juin, les touristes sont déjà là, et les Azuréens profitent eux aussi des plages et des terrasses ensoleillées de la région depuis le déconfinement. Car la grande vedette des vacances réussies, c'est bel et bien le soleil. Pourtant, beaucoup ont tendance à oublier qu'il n'en reste pas moins un "ennemi" dont il faut se méfier... 

En effet, chaque année 50 à 70 % des cancers de la peau en France sont directement liés à une surexposition aux rayons. Le Syndicat National des Dermatologues et Vérénéologues de France se mobilise jusqu'au 18 juin pour faire de la prévention. 

Plus de 80.000 cas de cancer diagnostiqués 

Terrasses, piscine, bord de mer... Avec la levée progressive des restrictions sanitaires liées au coronavirus, l'envie de profiter de la saison, de se lâcher est grande. Mais les dermatologues alertent : 

Nous sommes plus à risque au début de l'été avec les coups de soleil d'une peau qui n'a pas été au soleil mais l'exposition régulière est dangereuse aussi. Les écrans solaires sont de très bons produits de protection, il faut toujours vérifier qu'ils protègent contre les UVA et UVB.

Henri Monteaudié cancérologue et dérmatologue au CHU de Nice.

Concernant les cancers de la peau à cause du soleil, il existe donc des nuances liées au type d'exposition et à la période au cours de la vie on a été exposé.

En effet, le carcinome est davantage lié à l'accumulation d'UV au cours de la vie. 80 000 nouveaux cas sont détectés chaque année selon la Ligue contre le cancer. 

Exemple de cancer de la peau, avec l'apparition d'un mélanome sur ce patient.
Exemple de cancer de la peau, avec l'apparition d'un mélanome sur ce patient. © F. Cerulli FTV

Le mélanome quant à lui peut résulter de quelques coups de soleil, surtout pendant l'enfance. Chaque année, plus de 11 000 cas sont recensés.

Sur la plage de Saint-Raphaël dans le Var, cette habituée confie : 

j'ai déjà eu un mélanome donc je fais très attention maintenant, je mets de la crème indice 50 au début de la saison.

Les carcinomes représentent 90% des cas de cancer de la peau et surviennent généralement après 50 ans sur les zones découvertes du corps.

Ils sont facilement opérables et guérissables grâce à une détection précoce, en dehors de certains cas. Le mélanome cutané est beaucoup plus agressif, il a un fort potentiel métastatique et peut survenir chez de jeunes adultes. 

Jacques Bordanave, ancien conducteur de travaux sur des bateaux en Afrique en a malheureusement fait les frais. Il est aujourd'hui atteint de plusieurs cancers de la peau : "les gens ne croient pas être atteints de quoi que ce soit ... Il faut faire de la prévention, dès le plus jeune âge", confie-t-il. 

Eviter certaines heures

Pour Henri Monteaudié, cancérologue et dermatologue au CHU de Nice, l'idée n'est pas d'être dans la répression vis-à-vis des publics mais de faire preuve de pédagogie :

il faut se protéger du soleil et avoir des attitudes responsables; même si on peut continuer à profiter de ses bienfaits, il faut éviter les heures où le soleil est au zénith, entre midi et 14 heures principalement.

Le nombre de cancer a triplé depuis 40 ans, le mot d'ordre est donc de se protéger contre tous les UV (UVA et UVB, qui semblent être impliqués dans l'apparition de ces cancers) et à tous les âges de la vie. 

La crème solaire n'est pas toujours suffisante 

L'Institut national du cancer recommande lui d'éviter de s'exposer entre 12 et 16 heures, de se couvrir en cas d'exposition (vêtements, lunettes, chapeau) et d'utiliser de la crème solaire régulièrement en cas de baignade.

Il condamne également l'utilisation des cabines à UV. Le dermatologue Olivier Salmon précise :

Lorsque je vois certaines maman badigeonner leurs enfants en bas âge pour les laisser ensuite au soleil c'est un non-sens, mettez leur un tee-shirt !

Olivier Salmon, dermatologue

Il faut également toujours se fier au UV et non aux températures, ce n’est donc pas parce qu’il fait moins de 40 °,  que le soleil n’est pas néfaste.

Les indices 50 + ne sont pas des écrans totaux et ne protègent pas bien des UVA longs. Ils laissent passer 2% des UVB.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sauver sa peau (@sauversapeau)

Il faut s'examiner régulièrement 

Pour anticiper et prévenir de certains cancers, le Syndicat des Dermatologue et Vénéréologue de France préconise quelques conseils : 

Vous pouvez retrouver plus de précision sur l'auto-dépistage dans cette vidéo YouTube : 

En cas de coup de soleil, l'assurance maladie rappelle les bons gestes à suivre

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société vacances sorties et loisirs cancer