Après la polémique suscitée par le concert de The Avener, où en est l'épidémie de coronavirus dans les Alpes-Maritimes

Alors qu'une partie des personnes rassemblées samedi soir à Nice, lors d'un concert en plein air, n'ont pas respecté les gestes barrières, certains s'inquiètent d'une possible recrudescence de l'épidémie de coronavirus Covid-19 dans les Alpes-Maritimes. Aujourd'hui, les indicateurs sont au vert.

Dans la foule, personne ne porte le masque et ne respecte la distance barrière.
Dans la foule, personne ne porte le masque et ne respecte la distance barrière. © Robin Rico / France Télévisions
Nice, futur cluster de la Covid-19 ? La promiscuité et l’absence de gestes barrières lors du concert de The Avener, organisé samedi soir sur le quai des Etats-Unis à Nice, a suscité une polémique nationale et relancé les inquiétudes chez certains Azuréens...

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a déjà annoncé qu’il veut rendre obligatoire le port du masque lors de tous les événements organisés dans la commune, y compris en plein air.
 
Une situation qui intervient dans un contexte particulier : selon les dernières données publiées par Santé Publique France, "la tendance [est] à l’augmentation de la circulation du virus en France métropolitaine", et les Alpes-Maritimes n’y font pas exception.

On fait le point sur la situation épidémique dans les Alpes-Maritimes et en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Un taux de reproduction du virus dans le top 3

Ce taux indique le nombre moyen de personnes infectées par un cas : au-delà de 1, l’épidémie progresse, en dessous elle régresse. Il est calculé à partir des résultats des tests PCR positifs

En région Paca, durant la semaine du 28 juin au 4 juillet, ce chiffre atteint 1,24. C’est l’une des trois de France métropolitaine où la reproduction du virus est "significativement" supérieure à 1 (la moyenne nationale s’élève à 1,05).

"Ces estimations peuvent cependant être influencées par l'activité de diagnostic et les actions locales de dépistage" précise Santé Publique France. Le nombre de dépistages réalisés dans les Alpes-Maritimes, et plus encore dans les Bouches-du-Rhône, est élevé.
 

Taux d’incidence dans la moyenne

Ce taux indique le nombre de nouveaux cas rapportés à la population. Il était de 5,6 pour 100.000 habitants au niveau national la semaine du 28 juin au 4 juillet.

Les Alpes-Maritimes, comme l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, affichent un taux inférieur à 10. La région n’est pas considérée comme "vulnérable" au regard de la circulation du virus.

Aucun cluster avant le 8 juillet

Toujours selon le dernier "point épidémiologique" publié par Santé Publique France, les Alpes-Maritimes ne comptaient aucun cluster avant le 8 juillet. L’agence nationale de santé publique en dénombrait un seul dans le Var et quatre dans les Bouches-du-Rhône.

La mortalité reste inférieure à la moyenne

Selon les dernières statistiques de l’Insee (qui concernent la période du 1er mai au 15 juin), le nombre de décès, toutes causes confondues, dans les Alpes-Maritimes est inférieur de 3,4% à ceux survenus durant la même période en 2019.

Dans le Var, c’est même 5,8% de moins que l’an passé. Ce taux est en revanche supérieur de 5,6% à l’année précédente dans les Bouches-du-Rhône.

Le nombre de décès avait connu un pic à plus 10% à la fin du mois de mars, avant de progressivement revenir à la normale, et même sous la normale depuis plusieurs semaines.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société coronavirus santé concerts culture musique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter