Beaulieu-sur-Mer : piratage informatique dans un collège, les élèves évacués après une alerte attentat

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pauline Thurier
L'incident a eu lieu au collège Jean Cocteau à Beaulieu-sur-Mer, près de Nice.
L'incident a eu lieu au collège Jean Cocteau à Beaulieu-sur-Mer, près de Nice. © Capture d'écran Google Maps

Ce mardi 30 novembre dans la matinée, les élèves du collège Jean Cocteau à Beaulieu-sur-mer ont tous été évacués par la police. En cause, des messages inquiétants et menaçants diffusés sur les rétroprojecteurs et les ordinateurs des professeurs.

Grosse frayeur pour les élèves du collège Jean Cocteau à Beaulieu-sur-Mer dans les Alpes-Maritimes. Ce mardi 30 novembre dans la matinée, alors qu'ils étaient en cours, les élèves et les professeurs ont vu apparaître sur les rétroprojecteurs et les ordinateurs des messages menaçants.

"Ma fille assistait à un cours et d'un coup le rétroprojecteur est devenu noir et un message était tapé en direct à l'écran", raconte la mère d'une élève. "Elle a eu très peur parce que c'était comme dans un film quand le hackeur écrivait en direct devant eux", ajoute-t-elle, l'inquiétude encore présente dans sa voix.

"Evacuez sinon je vais faire un attentat"

On pouvait alors lire sur les écrans des messages comme "Fermez le collège sinon la mort arrivera vite" et "Evacuez sinon je vais faire un attentat", rapporte la gendarmerie. "Tout s'est passé très très vite", explique cette maman. Des élèves ont aussi rapporté avoir vu des images de "femmes dénudées, en bikini" sur les ordinateurs, d'après un autre parent d'élève.

Immédiatement alertées, les forces de l'ordre ont aidé le personnel de l'établissement scolaire à évacuer les 450 élèves dans un premier temps au gymnase puis sur la plage des Fourmis qui se trouve à proximité. "L'évacuation a mis 1h30", assure Marjorie, mère d'une élève de 3e au collège.

Les parents ont alors reçu sur leur téléphone portable, l'instruction de venir récupérer leurs enfants à cet endroit. "C'était très inquiétant de recevoir un message qui disait que le collège avait été évacué d'urgence sans explication, retrace Christian, père d'une élève de 3e. Heureusement, ma fille m'a appelé rapidement et j'ai su qu'elle était en sécurité."

Peu de communication de la part du collège

Pendant ce temps, une vingtaine de gendarmes de différentes unités ont procédé à la fouille du collège. "Aucun explosif n'a été trouvé", indique la gendarmerie.

Les élèves ne sont pas retournés en cours de la journée. Les parents d'élèves ont reçu en début de soirée une communication brève via la plateforme Pronote les informant que les cours reprenaient normalement le mercredi 1er décembre au collège Jean Cocteau.

"La procédure du levée de doutes menée par le PSIG (Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie) et une équipe cynophile permet la reprise des cours dès demain (mercredi 1er décembre)", peut-on notamment lire dans le communiqué envoyé aux parents. Le message est conclu par la formule suivante : "Nous vous assurons de la sécurité de l'établissement".

Pour Marjorie et Christian, le message est trop bref et n'en dit pas assez sur ce qui s'est passé. Ces deux parents d'élèves reprochent un "manque de transparence" de la part de l'établissement. "Cela ne m'étonnerait pas que des parents ne soient pas assez rassurés et n'emmènent pas leurs enfants mercredi au collège", dit Marjorie. Le rectorat de l'académie de Nice a indiqué qu'il n'y avait pas "d'absence significative" mercredi 1er décembre.

Lorsque nous avons contacté le collège, un conseil d'administration était en cours. Nous n'avons donc pas pu nous entretenir avec la direction. Le rectorat a confirmé l'ensemble des informations. Aucune demande de cellule psychologique n'a été remontée de la part des élèves ou des professeurs.

La gendarmerie de Beaulieu-sur-Mer est en charge de l'enquête pour retrouver l'origine de ce piratage informatique.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.