Carros, la famille Bolukyan risque d'être à nouveau sans logement

Lors des fortes pluies en décembre dernier, la famille carossoise a dû quitter sa maison car cette dernière menaçait de glisser en contre-bas. Dix mois plus tard, ce couple et leurs enfants n'ont toujours pas de solutions pour se loger.

La famille Bolukyan dans un logement provisoire à Carros
La famille Bolukyan dans un logement provisoire à Carros © Sévérine Neuquelman - France Télévisions
Le jeune couple vient de recevoir un courrier émanant de la municipalité propriétaire du logis. Au 31 décembre, ils doivent quitter les lieux.

Ce n'est pas marqué comme ça, mais on le prend comme un avis d'expulsion

Ludivine Bolukya

 
Carros : la famille Bolukyan à nouveau sans logement ©France Télévisions

 Depuis le départ de leur foyer, ils ont déjà déménagé deux fois. Ironie du sort, leur dernière demeure est à deux pas de leur domicile. La date à laquelle ils doivent quitter ce dernier gîte leur avait été signifiée, mais le courrier leur rappelant cette échéance sans leur proposer de solutions est reçu avec douleur.
 

C’est le projet de toute une vie, on se retrouve avec un crédit pour une maison que l’on a plus le droit d’habiter

Vrej Bolukyan


En Juin dernier, l’état de catastrophe naturelle n’a pas été reconnu pour la commune de Carros. La famille Bolukyan ne sera donc pas dédommagée par son assurance. Pour habiter de nouveau dans leur logement, le coût des travaux de soutènements est estimé à 400 000 euros.
 
Le 23 décembre 2019, la famille sinistrée de Carros avait obtenu l'autorisation de retourner dans sa maison pour récupérer les cadeaux de Noël, en présence de la police municipale.
Le 23 décembre 2019, la famille sinistrée de Carros avait obtenu l'autorisation de retourner dans sa maison pour récupérer les cadeaux de Noël, en présence de la police municipale. © FTV

Joint par notre rédaction, le maire de Carros, Yannick Bernard, n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.
La demeure est actuellement sous le coup d'un arrêté de mise en péril immmédiat.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo logement société