Coronavirus : vacances gâchées pour des azuréens bloqués aux Philippines

Leur voyage vire au cauchemar. Faute d'avion, des centaines de Français, dont plusieurs azuréens, sont bloqués aux Philippines. Inquiets, ils ne savent pas quand ils pourront rentrer chez eux.

Dernière minute
Vers 17h00 heure française, un vol de rapatriment commercial a été proposé aux Français bloqués à Cebu. L'avion, à destination de Paris, devrait partir le 25 mars. Prix du billet : 300 euros.
Sur place, "c'est l'effervescence, nous n'y croyons pas" nous dit caroline. Mais l'azuréenne est inquiète car il y a "des personnes qui sont prioritaires et tous les gens bloqués surs les autres îles des Philippines ne pourront pas prendre ce vol".



Les compagnies aériennes suspendent leurs vols les unes après les autres. Dernière en date Emirates qui annoncé la suspension de ses vols entre Dubaï et la France à partir du lundi 23 mars et ce jusqu'à nouvel ordre.
 

Des centaines de Français se retrouvent bloqués à l'étranger. Cathy et Claude, son mari, habitent Peille. Partis en vacances le 8 mars aux Philippines, ils cherchent maintenant à rentrer en France. "On est parti de Coron le 15 mars pour rejoindre l'aéroport international de Cebu. On avait un vol le 25 pour aller à Dubaï puis rentrer sur Nice mais le vol a été annulé" se désole Cathy. 
 


Le couple d'azuréen passe ses journées à l'aéroport pour essayer de rejoindre l'Europe, mais l'attente est interminable : "aujourd'hui on a fait 9 heures de queue devant le comptoir d'Emirates mais on n'a pu parler à personne" précise Cathy. Avant d'ajouter: "on aimerait rejoindre Londres avant que les vols soient annulés également. D'après nos informations ce ne sera plus possible après le 25 mars."
Le temps presse et la colère monte contre l'ambassade de France aux Philippines. "Ils sont débordés, ils ne viennent pas nous voir, on n'arrive pas à les joindre et quand on y arrive ils n'ont aucune info. On se sent seuls au monde" tempête l'azuréenne.

Même colère pour Caroline, partie en vacances avec son mari et ses deux enfants : "l'ambassade ne nous aide pas. Ils ne viennent même pas nous distribuer à manger à l'aéroport. Heureusement que les autorités Belges organisent une distribution pour leurs ressortissants et qu'ils nous distribuent de la nourriture".
Son mari passent ses journées à l'aéroport de Cebu pour essayer de trouver un vol mais les avions sont rares, partent à vide et les prix des billets sont montés en flèche. Caroline s'emporte : "c'est scandaleux que les compagnies profitent de ce virus pour se faire de l'argent. Vous vous rendez compte que l'ambassade nous a proposé un vol à 6.000 euros pour nous 4 pour rejoindre Prague, même pas Nice !"
 

Pour ces azuréens impossible de savoir combien de temps ils vont rester bloquer aux Philippines. Les deux familles que nous avons interrogées nous disent qu'elles peuvent toujours se payer l'hôtel, mais d'après elles ce n'est pas le cas pour tous les voyageurs ; les plus malheureux dormiraient dans la rue.
Consciente du problème, l'ambassade de France a mis en ligne un site d'entraide entre Français. Impossible de savoir combien de Français profitent de cette initiative car l'ambassade ne nous a pas recontacté.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société international