"Don’t Look Up" : un astéroïde peut-il heurter la Terre ? Un chercheur à l’Observatoire astronomique de Nice analyse le scénario

Publié le Mis à jour le
Écrit par Coralie Becq

C'est un peu le Leonardo Di Caprio de Nice. Un spécialiste mondial des astéroïdes travaille déjà sur la déviation de corps célestes. On lui a demandé un décryptage du film de science-fiction de Adam McKay dans le top 3 des films les plus regardés actuellement sur la plateforme Netflix.

Le mot-dièse (hashtag) #DontLookUp fleuri sur les réseaux sociaux. Ces quelques mots en anglais (traduction : Ne pas regarder en l'air) sont devenus le symbole du déni.

Les internautes s'en servent pour pointer du doigt la non-intervention des pouvoirs publics ou la non-prise de conscience à propos du dérèglement du climat.

Le film catastrophe "Don't Look Up", intitulé "Déni cosmique" en français, est dans le top 3 des films sur la plateforme Netflix.

Le casting est cinq étoiles : Leonardo Di Caprio, Jennifer Lawrence et Meryl Streep entre autres. 

Le scénario met en scène un docteur en astronomie et sa doctorante qui découvrent qu'une comète se dirige vers la terre et va tout détruire. Ils entament alors une tournée médiatique, mais personne ne les prend au sérieux : le pouvoir politique américain est plus concerné par sa réélection, les médias sont concentrés sur le buzz et les grosses entreprises veulent récupérer les minerais de la comète. 

Si le film est une métaphore évidente pour parler du climat il n'en reste pas moins qu'une comète qui frappe la terre comme celle des dinosaures reste préoccupante. Est-ce que ça peut arriver ? Est-ce que le scénario est crédible ? Nous avons demandé à un spécialiste mondial, qui se trouve à Nice, à l'Observatoire de la Côte d'Azur (OCA): le Docteur Patrick Michel.

Vous êtes une sommité en matière d'astéroïde, d'après vous est-ce que le scénario scientifique de ce film est crédible ? 

Vous voulez dire que je suis le Di Caprio de la Côte d'Azur, le docteur qui observe les comètes et prédit la fin du monde ? Blague à part, je connais bien la conseillère scientifique du film Amy Mainzer. C'est une scientifique très compétente et elle a bien fait son travail.

Le film est crédible mais pas probable, je m'explique :

Il faut savoir que les comètes ou les astéroïdes (la différence réside dans la composition du corps céleste) viennent de très loin. Nous, nous sommes capables de les détecter à partir du moment où elle dépasse Jupiter pour se diriger vers Mars et éventuellement vers la Terre ensuite. Ça nous laisse donc un an pour agir. 

De ce point de vue, on (les spécialistes de l'agence spatiale américaine ou européenne) aurait dû voir la comète du film bien avant ces astronomes. 

D'ailleurs, c'est déjà arrivé. Nous avons déjà détecté un astéroïde que nous pensions faire route vers la Terre

Patrick Michel, Directeur de Recherches au CNRS, Responsable de l’équipe TOP (Théories et Observations en Planétologie)

Un astéroïde baptisé Apophis, mesurant 350 mètres de diamètre a été détecté en 2004. D'après les calculs des chercheurs, il devrait passer très proche de la Terre (32 000 km) plus proche même, que les satellites géostationnaires en 2029. Mais pas de panique donc, car la collision a été exclue.

En revanche, il sera visible le vendredi 13 avril 2029 dans le ciel. 

Si une comète ou un astéroïde devait faire route de collision avec la Terre, avons-nous le pouvoir de la ou le dévier de sa trajectoire comme la tentative vaine du film ? 

"Là encore, heureusement, nous avons anticipé. Une mission de la NASA est en cours d'élaboration pour faire un test de déviation. 

Nous avons ciblé un astéroïde, nommé Didymos, situé à 11 millions de kilomètres de la Terre. Les astéroïdes peuvent avoir, comme les planètes, des lunes en orbite. Nous avons décidé de cibler la lune de Didymos à savoir Dimorphos.

Le corps principal mesure 800 mètres de diamètre et sa lune seulement 160 mètres et ça, ça nous intéresse. D'abord parce que c'est moins risqué de s'attaquer à petit dans un premier temps, et ensuite parce que la fréquence d'impact d'un objet de près d'un kilomètre de diamètre est de 500 000 ans alors que pour les objets de 160 mètres c'est 15 000 ans. Voilà pourquoi les petits sont une priorité pour nous. 

La mission consiste donc à envoyer le satellite pour qu'il frappe de plein fouet la lune de l'astéroïde. J'étais au lancement en novembre dernier c'était incroyable. Le satellite devrait atteindre sa cible en septembre 2022."

C'est une mission inédite qui va nous permettre d'en savoir plus les astéroïdes. Nous on vient faire l'autopsie après la collision en quelque sorte.

Patrick Michel

C'est l'Observatoire de la Côte d'Azur qui va ensuite prendre le relais avec la mission ERA de l'agence spatiale européenne (ESA). Le but est d'analyser les conséquences de la première mission : est-ce que l'astéroïde a dévié, pourquoi, comment, qu'est ce qu'il contient...

Le satellite ERA, doté d'un radar dernière génération, sera envoyé en 2024 par la fusée Ariane 6, avec une arrivée prévue fin 2026. 

Enfin, doit-on avoir peur de ce qui pourrait nous tomber sur la tête? 

"Il n'y a pas d'angoisse à avoir. Nous répertorions les corps célestes de plus d'un kilomètre depuis longtemps. "Un kilomètre", comme dans le film car, c'est le seuil critique à partir duquel on considère que la Terre ne s'en remettrait pas.

Amy Mainzer, la conseillère scientifique du film, a d'ailleurs contribué à la conception du télescope spatial Spitze qui va permettre de faire l'inventaire des objets de moins de 160 mètres de diamètre. Ceux-là pourraient faire des dégâts à l'échelle d'un pays ou d'une région."

Le film "Don't Look Up" n'est pas fait pour nous inquiéter des dangers venus de l'espace, mais bien une métaphore sur les dangers que nous rencontrons déjà sur Terre et qui doivent nous alerter dès aujourd'hui. Pour l'espace, nos scientifiques sont donc sur le coup et notamment ceux tout près de chez nous, à l'Observatoire de la Côte d'Azur.