Extension de l'aéroport de Nice Côte d'Azur : la justice demande une nouvelle étude d'impact environnemental

L'aéroport a un an pour rendre cette étude demandée par la justice. Les conséquences sur l'environnement, la pollution et le réchauffement climatique devront être mises au jour.

Retournement de situation à l'aéroport de Nice. Jeudi 14 décembre, la cour administrative d'appel de Marseille a rendu un arrêt qui pourrait remettre en cause la construction de son extension. Une nouvelle étude d'impact devra être fournie.

C'est le Collectif Citoyen 06, soutenu par France Environnement 06 et l'Alliance Écologique et Sociale 06, qui est à l'origine de cette requête, "Les impacts sur la pollution, donc la santé humaine, les impacts sur le CO2, donc le réchauffement climatique, les impacts sur la biodiversité... Tous ces impacts n'ont pas été analysés, détaille Thierry Bitouzé, cofondateur du collectif. C'est pourquoi nous continuons notre combat pour faire annuler le permis de construire."

Cette nouvelle étude est à remettre dans 12 mois. En fonction de ses résultats, cela pourrait mener à l'annulation du permis de construire. C'est pourquoi le Collectif Citoyen 06 voit déjà cette étape comme une victoire.

"La justice nous donne enfin raison", se réjouissent-ils au travers d'un communiqué.

20 000 vols en plus par an d'ici à 2030

L'aéroport Nice Côte d'Azur a fait savoir de son côté qu'il prenait acte de la décision de la Cour administrative. "L’Aéroport Nice Côte d’Azur entend s’engager pleinement dans la réalisation de cette étude complémentaire qui démontrera que l’adaptation du terminal 2, qui ne porte que sur les infrastructures d’accueil et de traitement des passagers, n’implique pas de croissance mécanique du nombre de mouvements d’avions", indique un communiqué.

Avec cette extension accordée par la préfecture il y a quatre ans, l'aéroport sera en capacité d'accueillir 1,75 million de personnes supplémentaires par an, par rapport à 2019. Cela représenterait par ailleurs 20 000 vols en plus par an d'ici à 2030.

L'arrêté de la cour d'appel n'est pas suspensif, c'est-à-dire que les travaux peuvent continuer. Cela inquiète le Collectif citoyen 06 : 

Le nouveau bâtiment va aller jusqu'à la lisière du fleuve du Var. C'est une zone protégée par un arrêté de protection de biotope et c'est une zone Natura 2000. 

Thierry Bitouzé, cofondateur du Collectif Citoyen 06

Cette décision de justice pourrait empêcher la course à l'extension des aéroports dont les projets se multiplient partout en France.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité