IMMERSION Présidentielle 2022. Compost, tri sélectif, environnement, comment sensibiliser les plus jeunes ?

Publié le
Écrit par Coralie Becq

Par le biais de jardins pédagogiques et de projets ambitieux sur le tri sélectif, la commune de La Trinité dans les Alpes-Maritimes veut aller plus loin dans la valorisation des déchets. Des projets qui à terme peuvent faire baisser la taxe d'ordure ménagère et diminuer drastiquement la pollution due aux déchets.

Lancée le 25 août dernier, la plus grande consultation en ligne réalisée en France vient de s’achever.  #MaFrance2022 , une opération réalisée par France 3 Régions en partenariat avec France Bleu et la plateforme Make.org, a réuni un million de participations et rassemblé 34.000 propositions citoyennes. Rien que ça. Parmi toutes ces propositions, 12 priorités ressortent, à point pour la Présidentielle. 

Parmi ces priorités listées par les Français ayant répondu à la consultation, on peut notamment relever : 

Rendre la gestion des déchets plus efficace et développer l'économie circulaire

Nous sommes allés passer quelques jours à La Trinité dans les Alpes-Maritimes pour voir ce qu'il en est.

Une ville à la campagne. Lorsque je traverse la commune de La Trinité, je n'ai pas l'impression d'être dans une ville. Tantôt sur une voie rapide, tantôt dans un chemin de campagne au milieu des arbres.

Pour comprendre, il faut remonter le temps. Au départ, la Trinité n'est qu'un hameau de la commune d'Eze. Sous l'impulsion du Roi Victor Emmanuel (Roi de Sardaigne, Duc de Savoie), la Trinité devient une commune autonome baptisée La Trinité Victor le 30 janvier 1818. La ville est située sur la trajectoire de l’ancienne “Route Royale” communément appelée “Route du Sel” qui mène de Nice à Turin. 

En 1951, elle devient simplement "La Trinité". 

Dans les années soixante, La Trinité connaît un essor important; les programmes immobiliers s'implantent sur les collines et les entreprises s'installent dans la vallée du Paillon.

C'est là, qu'elle devient un peu, la banlieue de Nice. Il y a beaucoup d'habitants qui vivent ici, mais travaillent en dehors de la commune. Il y a donc peu d'espace de vie comme des parcs, des grandes places... Cette physionomie pourrait changer avec les projets en cours, mais pour l'instant, c'est l'impression que ça donne.

La nature en ville, la gestion des déchets, la sensibilisation des plus jeunes, sont autant de thèmes que j'ai pu aborder avec les citoyens rencontrés. Ils font écho aux problématiques traitées sur la plateforme Make.org (consultation citoyenne en partenariat avec France Bleu).

Il faut mettre en place la tarification au poids de la taxe pour les ordures ménagères et les ordures recyclables 

Céline

sur la plateforme Make.org

Sur cette plateforme, il y a, notamment, des propositions clivantes, vous n'êtes que 43 % à être d'accord pour faire payer le contribuable en fonction de ce qu'il jette. 

Lorsque je soumets cette proposition sur le terrain, dans un quartier composé de pavillons individuels, elle trouve un écho favorable comme pour George :"Nous, on a le compost, on fait le tri avec les poubelles vertes et jaunes donc ce serait très bien". Et il y a ceux qui y sont favorables, mais à certaines conditions : "il faut faire attention à ne pas discriminer ceux qui ne pourraient pas trier par manque de place ou d'infrastructures adaptées.

Alors, j'ai posé la question à l'adjointe à l'environnement de la mairie et conseillère métropolitaine centriste Emmanuelle Baravex : "La taxe d'ordure ménagère peut effectivement devenir ce que l'on appelle une redevance spéciale. C'est déjà le cas pour les entreprises, elle ne payent que ce qu'elle jette en fonction du poids et ont donc tout intérêt a trier. Pour les particuliers, c'est un peu plus complexe, il y a des étapes intermédiaires incontournables". 

durée de la vidéo: 01 min 21
Emmanuelle Baravex : adjointe à l'environnement de la mairie et conseillère métropolitaine ©Coralie Becq FTV

Une poubelle brune

Depuis la loi AGEC (anti-gaspillage pour une économie circulaire) dont un volet est entré en vigueur le 1er janvier 2022, les efforts sont de plus en plus importants concernant les déchets et leur valorisation. L'un des axes concerne le compostage.

De nombreuses villes proposent des composteurs collectifs ou distribuent des composteurs individuels gratuitement. La Métropole Nice Côte d'Azur pourrait aller encore plus loin en proposant la collecte d'une nouvelle poubelle au pied des immeubles : la poubelle brune pour les déchets organiques. "D'ici 2024 nous souhaitons mettre en place les premières expérimentations pour collecter un nouveau bac de tri celui des bio-déchets. Mais pour cela il faut d'abord faire de la pédagogie, inciter les gens à trier mieux encore" m'explique l'adjointe à l'environnement. 

A terme, si toutes ces démarches sont appliquées, on peu envisager de faire baisser la taxe d'enlèvement des ordures ménagères ou bien de la transformer en redevance spéciale pour adapter la somme aux poids des déchets jetés. 

Chaque année, en Provence-Alpes-Côte-Azur chaque habitant produit 445 kg de déchets ménagers.

  • C'est 15 % au dessus de la moyenne nationale.

Le tri, le recyclage, le ré-emploi permettent de faire baisser la partie des déchets à incinérer ou à enfouir. D'ailleurs sur la plateforme Make.org, ce n'est pas une surprise mais vous êtes 85 % à être d'accord pour donner une seconde vie aux produits grâce au recyclage et au tri.

Ce que la nature peut offrir

"Ici nous allons planter une lavande papillon, les fleurs ne vont pas tarder à s'ouvrir, et ici une lavande anglaise. C'est pour montrer les différentes espèces" Jacques Delbecq, le responsable de l'équipe espace vert, me fait l'inventaire.

Dans chaque barquettes, il y a des plantes aromatiques que les enfants vont planter et surtout, entretenir. Plus tard, il aura aussi des tomates et des légumes d'été. 

Me voilà à l'arrière d'une école maternelle devant des jardinières encore vides de plantation et avec une dizaine d'enfants impatients de jardiner.

Dans chacun des 5 groupes scolaires, des potagers pédagogiques sont installés. Les enfants participent aux plantations et à l'entretien. Même si la commune recèle 80 % d'espaces naturels, les enfants doivent ré-apprendre ce que la nature peut offrir.

Ce projet a pour but de sensibiliser les jeunes générations grâce à des projets pédagogiques en classe (sur les saisons, les aliments...) ou en périscolaire. Cette année le thème est "l'éveil à la nature".

Et pour avoir côtoyé ces enfants de CM1-CM2, il y a un petit peu de travail. Certains sont aguerris : "Moi, j'ai déjà mon diplôme de petit jardinier" et d'autres n'ont jamais fait ça : 

Est-ce que tu sais à quoi ça sert le romarin ? Non.. Ah oui... Ma mère en utilise en cuisine !

Une jeune élève de cours moyen.

Beaucoup ne sont pas familiarisés avec leur environnement et ne savent pas d'où viennent les aliments qu'ils consomment. J'ai été étonnée de voir que certains ne connaissent pas le terme "agriculteur". En revanche, ils sont réceptifs aux messages anti-gaspillages et le fameux "Dans le monde, des enfants ne mangent pas à leur faim alors il ne faut pas gaspiller". 

Après cette initiation au jardinage, il faudra passer au tri et au compost, de quoi en faire de vrais petits ambassadeurs. Dans leur cantine par exemple, le pain non consommé sera récupéré pour donner à manger aux chevaux.    

Zéro déchet

Justement, des chevaux, ou plutôt des poneys, il y en a beaucoup ici. Je me rends au Ponys'team, le club équestre de La Trinité où 24 poneys sont montés par des enfants de la commune, mais aussi de Nice ou de Villefranche-sur-Mer.

Lorsque je discute avec les deux mamans, je sens qu'elles sont très au courant et bien investies côté environnement.

L'une d'elles m'explique qu'elle tient un stand sur le marché de Noël, alors, curieuse, je lui demande ce qu'elle y vend, et là, elle m'explique qu'en fait elle fait du zéro déchets et qu'elle vend des produits confectionnés à la main type sacs réutilisables pour les courses en vrac et lingettes réutilisables : "C'est une vraie philosophie de vie, chez nous, on fait les courses en vrac, on trie bien sûr et on nettoie quand on part en balade". 

Sa fille a 6 ans et elle est presque plus convaincue que sa mère : "raconte à la dame ce que tu penses du plastique par terre" et sa fille de répondre "A bah moi ça me révolte, parce que si les gens jettent les déchets, les ours polaires vont mourir".

Devant la caméra, elle perd sa fougue, garde son gilet d'équitation, devient toute timide (c'est bien normal), mais sa conviction reste forte :

durée de la vidéo: 00 min 14
Lilas 6 ans me parle des ours polaires ©Coralie Becq FTV

A La Trinité, le message semble bien passer. Il reste du travail pour faire comprendre à tous que le tri et le ré-emploi n'est pas seulement une question d'écologie, mais aussi d'économie.

Dans le Var par exemple, la Communauté de communes Cœur du Var (44 000 habitants, 11 communes) a réduit de 16 % les ordures ménagères stockées. Ce qui représente selon la région Provence-Alpes-Côte-D'azur prés de 600 000 € d'économie. 

Les matières triées sont revendues et ainsi rapportent aux communautés. Les matières organiques valorisées en compost permettent d'éviter du traitement de type incinération ou enfouissement. 

Données clefs de La Trinité 

La ville de La Trinité comptait 9 985 habitants lors du recensement de 2018. C'est un nombre en baisse chaque année. La moitié des ménages de la ville sont des couples avec enfants. 

Concernant les catégories sociaux professionnelles, quatre ressortent : retraités (32%) employés (22,4),profession intermédiaires (16,1%) et ouvriers (15,6). 

Résultat élections municipales de 2020 : Ladislas Polski (DVG), est élu au 1er tour avec la liste Ensemble tout simplement avec 59,56 %.
L'héritière du maire sortant, Isabelle Martello (LR) arrive deuxième avec 23,51%, Philippe Carlin (RN) obtient 16,93 % des voix.

Résultat élection présidentielle de 2017Au premier tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen était arrivée en tête avec 40,76 % des suffrages, devant Jean-Luc Mélenchon (20,9 %) et François Fillon (14,39 %). Au second tour, avec 59, %,  Marine Le Pen avait largement devancé Emmanuel Macron (40,69 %).