Réforme des retraites : la permanence du député Eric Ciotti vandalisée à Nice

Les faits se sont produits vers 1h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche. Plusieurs vitres du local ont été cassées. La veille, samedi, c'est un "Non à la réforme" qui a été taggué sur la permanence du député Horizons Philippe Pradal.

Située dans le quartier du Port, à Nice (Alpes-Maritimes), la permanence du député LR Éric Ciotti a été la cible de dégradations dans la nuit de samedi à dimanche.

Plusieurs vitres du local ont été cassées, selon nos informations, par trois personnes qui ne sont pas rentrées à l'intérieur. Une caméra de surveillance, située juste en face de la permanence, pourrait les avoir filmées.

"Cette nuit, ma permanence a été caillassée", a twitté ce dimanche matin le député de la première circonscription des Alpes-Maritimes.

Le tag photographié et publié sur Twitter a été effacé et n'était plus visible ce dimanche matin.

durée de la vidéo : 00h00mn51s
La permanence du député LR Eric Ciotti à Nice vandalisée ©Séverine Neuquelman/FTV

"Jamais je ne céderai aux nouveaux disciples de la Terreur", a poursuivi l'élu dans son tweet, faisant référence à la journée de lundi au cours de laquelle deux motions de censure seront étudiées à l'Assemblée nationale.

Des motions de censure que le président du parti Les Républicains ne votera pas, enjoignant les autres députés de son groupe à faire de même. "Cette motion de censure ne sera pas votée !", avait-il affirmé sur le plateau du 19/20 de France 3 Côte d'Azur ce vendredi.

"Soutien total"

Sur Twitter également, le maire Horizons de Nice Christian Estrosi lui a apporté son soutien. "Il n’y a pas de place pour la violence ou les menaces dans la vie publique. J’en appelle au respect des principes démocratiques. Les auteurs doivent être sévèrement punis."

La sénatrice Alexandra Borchio Fontimp aussi a apporté son "soutien total au Président Les Républicains".

Un tag chez Philippe Pradal

La veille, samedi matin, un autre député, Philippe Pradal, a trouvé une inscription taguée sur sa permanence parlementaire, à Nice. "Non à la réforme" a été écrit à la peinture noire.

Le représentant Horizons de la 3e circonscription des Alpes-Maritimes n'a pas été très surpris. "On savait que les permanences des parlementaires qui soutiennent la réforme seraient visées par des dégradations", raconte-t-il.

Nous irons porter plainte lundi matin car on ne peut pas laisser ce genre de faits tels quels.

Philippe Pradal, député Horizons des Alpes-Maritimes

L'équipe du député effacera cette inscription lundi.

Une manifestation prévue à 17h

Ce dimanche à 17h, une manifestation doit avoir lieu à proximité de la permanence d'Éric Ciotti (place Île de beauté) pour protester contre la réforme des retraites et l'utilisation de l'article 49.3. Un rassemblement à l'initiative d'un collectif de jeunes citoyens, auquel la CGT des Alpes-Maritimes sera présente.

Ces dégradations ne sont pas "les méthodes de notre organisation syndicale", tient à préciser Céline Petit, secrétaire générale adjointe du syndicat dans le 06.

Mais on ne peut s'étonner de cela au vu des méthodes utilisées par le gouvernement. On ne peut s'étonner qu'on s'attaque à des permanences parlementaires LR car ils se sont exprimés sur le fait qu'ils sont pour cette réforme et ne voteront pas les motions de censure.

Céline Petit, secrétaire générale adjointe CGT Alpes-Maritimes

Jeudi dernier, la patronne des députés Renaissance Aurore Bergé avait demandé au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de "mobiliser les services de l'État" pour la "protection des parlementaires" de la majorité, pris pour cible par des opposants à la réforme des retraites.

"Suite au courrier que vous m'avez adressé (...), je tiens à vous confirmer que la protection des élus est actuellement et plus que jamais la priorité du Ministre de l'Intérieur", lui avait alors répondu par écrit Gérald Darmanin.

(Avec Séverine Neuquelman, à Nice)