Le lac du Broc dans les Alpes-Maritimes presque à sec, "du jamais-vu" pour un mois de janvier

Après la sécheresse de l’année 2022, le lac du Broc peine à retrouver un niveau classique pour la saison. Même si la hauteur de l'eau a augmenté légèrement ces dernières semaines, il manque entre huit et neuf mètres pour qu’elle soit conforme à la normale en janvier.

Jumelles autour du cou, ce couple qui habite près du lac du Broc dans les Alpes-Maritimes  est venu observer les oiseaux vivant d’ordinaire autour du plan d’eau. Mais ce samedi 14 janvier, leur sortie tourne vite à la déception : "Il y a beaucoup moins d’oiseaux cette année que les autres années. S’ils n’ont pas de quoi se poser et trouver leur nourriture, ils vont ailleurs."

Déficit de huit à neuf mètres d'eau 

Si les oiseaux ne trouvent pas le lac de Broc très accueillant cet hiver, c’est parce que le niveau est bas pour un mois de janvier. Il manque entre huit et neuf mètres d’eau, conséquence de la sécheresse de l’année 2022 et du peu de précipitations cet hiver.

"Là où je suis actuellement, je devrais être complètement sous l’eau, il devrait y avoir à peu près deux mètres d’eau, détaille Jean-Luc Cerutti, le président de la fédération de pêche et protection du milieu aquatique des Alpes-Maritimes. Donc pour un mois de janvier c’est vraiment catastrophique que le lac soit à ce niveau-là."

Repère pour l'état de la nappe phréatique

Catastrophique, car le lac est un indicateur fiable du remplissage de la nappe phréatique autour du Var, très importante pour les réserves en eau de la Côte d’Azur.

Le lac du broc c’est la remontée de la nappe phréatique. Son niveau est vraiment le repère pour savoir où elle en est.

Jean-Luc Cerutti, président de la fédération de pêche et protection du milieu aquatique des Alpes-Maritimes

Et si le niveau ne remonte pas suffisamment, cela risque être "catastrophique" pour les mois à venir s’inquiète Jean-Luc Cerutti. "Il faut penser qu’on va retourner dans une période estivale qui risque d’encore exagérer ce mouvement" explique-t’il.

Du "jamais vu" en janvier 

Autour de ce qu’il reste du lac, un autre promeneur originaire de la commune voisine de Saint-Martin-du-Var se désole lui aussi du spectacle. "Quand j’étais petit, le lac était énorme" se souvient-il.

Je n’ai jamais vu ça au mois de janvier, c’est exceptionnel. Il n’a jamais été comme ça, jamais. On ne va pas vers de beaux jours.

Un promeneur

Une tendance à la hausse ces dernières semaines

Jean-Luc Cerutti essaie lui de rester optimiste : "Cette année on a un peu de neige en montagne, donc on espère que la fonte des neiges pourra faire remonter le lac."

D’après le Bureau de Recherches Géologiques et Minières, le niveau de l'eau dans la nappe phréatique a d’ailleurs un peu augmenté ces deux derniers mois.