Le point sur les affrontements survenus dans le quartier des Moulins à Nice

Suite aux incidents survenus ce début de semaine dans le quartier des Moulins à Nice-Ouest, un point a été fait par le Procureur de la République ce jeudi 28 mars.

À la suite des tirs et des violences intervenues lundi soir, une enquête a été ouverte pour tentative d’homicide volontaire, violences aggravées et association de malfaiteurs. Elle a été confiée à la DIPN 06. 

Une autre enquête a été également ouverte suite à des faits intervenus mardi après-midi pour participation à un groupement préparant des violences ou des dégradations et violences aggravées.

Les deux enquêtes ont été confiées à la DIPN (Direction interdépartementale de la Police nationale) des Alpes-Maritimes. 

Dans un communiqué, le parquet précise ce jeudi que les investigations ont conduit à l’interpellation et au placement en garde à vue de quatre personnes.

Deux personnes mises en cause sont âgées de 19 et 20 ans, elles sont jugées cet après-midi en comparution immédiate.

Le premier pour des faits de "port prohibé de munitions de catégorie B et port prohibé d’arme de catégorie D", le second pour "violences en réunion sans interruption temporaire de travail participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction ou dégradations de biens et refus de remettre aux autorités judiciaires ou de mettre en œuvre la convention secrète de déchiffrement d’un moyen de cryptologie".  

Les gardes à vue des deux autres ont été levées sans poursuites.

Incidents de mercredi

S’agissant des interpellations intervenues mercredi matin toujours dans ce quartier, neuf mineurs, dont quatre âgés de moins de 16 ans, et trois majeurs ont été placés en garde à vue du chef de participation à un groupement en vue de la préparation de faits de violences ou de dégradations.

Les quatre  mineurs âgés de moins de 16 ans se sont vus notifier, à l’issue de leur garde à vue ne pouvant aller au-delà de 24 heures, des interdictions de paraitre dans le quartier des Moulins pendant 6 mois pour des faits d’usage de produits stupéfiants.

Les gardes à vue ont été prolongées pour les autres mineurs et pour les majeurs.

Quant au contexte et circonstances de heurts, rien ne semble établi à ce stade.

Mais "ils paraissent néanmoins s’inscrire dans un double contexte, d’une part de rivalités pour le contrôle de points de vente de stupéfiants et, d’autre part, de tensions, non directement liées au trafic, entre résidents de la cité et personnes extérieures, mineurs ou jeunes majeurs en situation irrégulière pour la plupart" toujours selon le Procureur de la République.