Le Secours populaire des Alpes-Maritimes enregistre une hausse de ses bénéficiaires de 30% cet été

L'association d'aide alimentaire peine à trouver assez de bénévoles pour assurer son service pendant l'été. Durant la période estivale, son aide en faveur des plus démunis des Alpes-Maritimes est en forte hausse.

L'activité estivale est soutenue à l'antenne niçoise du Secours populaire. L'association d'aide alimentaire enregistre cette année une hausse de 30% des inscriptions pour ses distributions alimentaires sur un an, avec une accélération depuis le début de l'été, a-t-elle indiqué à France 3 Côte d'Azur.

Cette hausse représente 20 000 bénéficiaires supplémentaires dans les Alpes-Maritimes, détaille Janis Lopez, membre du comité départemental du Secours populaire, au micro de France 3 Côte d'Azur.

Cette hausse des demandes est une conséquence de la fermeture estivale des autres structures d'aide alimentaire de la ville. "On a une augmentation par ces bénéficiaires qui sont perdus. Parce qu'ils ne savent pas où aller, ils viennent taper aux portes du Secours populaire", explique Hadjira Bendjeddou, référente du Secours populaire à l'antenne de la rue Vernier à Nice.

S'ajoute l'inflation des prix des produits de consommation en grande distribution, de 13,8% sur l'année, selon l'Insee.

Au niveau national, le Secours populaire fait part d'une hausse de 20% du nombre de bénéficiaires depuis mars.

Un manque de bénévoles

La hausse des demandes auprès du Secours populaire est telle que l'association manque de bras pour fonctionner, certains bénévoles étant absents en été. "On est obligés de faire appel aux nouveaux bénévoles parce que certains bénévoles qui sont avec nous toute l'année font une petite pause", détaille Hadjira Bendjeddou. 

Par ailleurs, en juillet, la préfecture des Alpes-Maritimes a mis fin à l'hébergement d'urgence de plusieurs dizaines de familles de demandeurs d'asile. Le Secours populaire a ouvert un accueil de jour à la suite, pour lequel l'association a également besoin de ressources.

Pour faire face à la recrudescence des besoins en été, l'association s'ouvre à "toutes les petites mains" qui seront prêtes à l'aider et accélère sur les opérations de communication pour attirer les dons, détaille Janis Lopez. "L'augmentation ne va pas s'arrêter", anticipe-t-elle.