Législatives 2022 : la liste de la majorité présidentielle dévoilée, et il y a des surprises

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emma Arnau et Nathalie Layani

La deuxième partie de la liste de la majorité Présidentielle appelée "Ensemble" (regroupement Renaissance, anciennement LaREM, Modem et Horizons) vient d'être dévoilée pour les élections législatives. 451 candidats investis en France dont 16 dans les Alpes-Maritimes et le Var. Une petite surprise s'est glissée parmi les candidats. Ou plutôt, une absence.

Ils sont huit candidats dans les Alpes-Maritimes et huit pour le Var à se présenter pour la majorité présidentielle dans le cadre des législatives. 

Pradal contre Roussel

Le suspens était à son comble, notamment concernant l'investiture de Cédric Roussel pour la troisième circonscription des Alpes-Maritimes. Philippe Pradal avait annoncé être le candidat de la majorité présidentielle voilà quelques jours. Cédric Roussel, député sortant, attendait de le voir pour le croire. C'est chose faite. Il n'est pas sur la liste. 

Contacté, Cédric Roussel nous indique qu'il réagira lundi. Pour lui l'histoire se répète. Déjà candidat aux élections municipale de 2020, il n'avait pas reçu l'investiture de son parti afin de laisser le champ libre à Christian Estrosi. Il s'était un temps maintenu avant de se retirer. 

Voici la liste complète des investitures : 

Zema débarqué

Dans la 7e circonscription des Alpes-Maritimes (Antibes, Biot, Bar-sur-Loup, Vallauris), l'investiture revient à Eric Mèle, actuel maire de Gourdon, ex républicain rallié au parti Horizons d'Edouard Philippe.

Il ne connaît absolument pas Antibes, je pense qu'il lui a fallu un GPS pour venir

François Zema - conseiller municipal à Antibes



François Zema, conseiller municipal d'Antibes, candidat LaRem lors des municipales de 2020, croyait pourtant obtenir l'investiture. Il vient donc d'envoyer sa lettre de démission du parti dans la foulée de l'annonce des investitures. Il ne comprend pas qu'on puisse investir un transfuge des républicains au détriment d'un marconiste de la première heure. Qui plus est un candidat qui n'est pas implanté. "Il ne connaît absolument pas Antibes, je pense qu'il lui a fallu un GPS pour venir" ironise-t-il.

François Zema préfère donc soutenir un candidat... Les Républicains. Eric Pauget est pour lui "beaucoup plus au fait et mieux implanté dans la circonscription."

La surprise Desens

Autre candidat inattendu, Jean-Valérie Desens dans la 8e circonscription (Cannes, Mandelieu). Le référent de l'association Anticor dans les Alpes-Maritimes est membre du parti Horizons d'Edouard Philippe.

Il annonce se mettre en retrait d'Anticor pendant la campagne. Mais en cas d'élection, il ne cache pas son souhait de pouvoir cumuler son mandat de député avec sa fonction au sein d'Anticor. 

Pour l'instant, seule la 9e circonscription des Alpes-Maritimes ne voit aucun candidat de la majorité présidentielle investi.