Municipales 2020, Christian Estrosi veut raser le Théâtre National de Nice et poursuivre la coulée verte

Christian Estrosi, candidat aux élections municipales 2020 lors de sa réunion publique du 19 janvier à Nice Acropolis. / © Coralie Becq - France Télévisions
Christian Estrosi, candidat aux élections municipales 2020 lors de sa réunion publique du 19 janvier à Nice Acropolis. / © Coralie Becq - France Télévisions

Christian Estrosi, a annoncé, ce dimanche 19 janvier, les grands axes de son programme dont de nouveaux travaux pharaoniques pour la commune. Parmi eux, le déplacement du Théâtre National de Nice, la destruction d'Acropolis et la continuité de la coulée verte vers l'Ouest.

Par C.Becq

Devant ses fidèles, lors des voeux aux amis du maire Christian Estrosi, le candidat donne les grandes lignes de son programme.
Environ 2 500 personnes sont réunies à Acropolis ce dimanche 19 janvier au matin. Elus, conseillers municipaux et partisans sont au rendez-vous. Après une première partie consacrée aux voeux et à l'exposé de ce qui a déjà été fait par le maire Christian Estrosi, vient le programme du candidat.

Christian Estrosi a officialisé sa candidature le 12 janvier sur notre antenne. Il avait alors annoncé son slogan de campagne "L'essentiel c'est vous".
 

Nous avons rénové la maison, embellissons le jardin à présent. Christian Estrosi résume son action passée et son projet à venir.

Lors de cette réunion publique, pas d'engagement à proprement parler, mais des directions qu'il appelle de "grands marqueurs" pour Nice 2020. Le maire veut faire de Nice "la ville verte de la Méditerranée".
 
Christian Estrosi à l'Acropolis à Nice le 19 janvier pour sa réunion publique de candidat aux municipales de 2020 / © Coralie Becq France Télévisions
Christian Estrosi à l'Acropolis à Nice le 19 janvier pour sa réunion publique de candidat aux municipales de 2020 / © Coralie Becq France Télévisions
 

Délocaliser le Théâtre National de Nice 

En accord avec la directrice du théâtre et le ministre de la culture le Théâtre National de Nice serait relocalisé place Saint-François dans une partie du couvent des Franciscains. 
 

Une fois le théâtre déplacé, l'ancien bâtiment ainsi qu'Acropolis seraient détruits pour pouvoir amenager le Paillon au nord ainsi que la continuité de la coulée verte. Le chantier de la coulée verte de l'ouest démarrera en 2020 avec 30 hectares de parc arboré.
Sur cette vue projetée ne resterait que la tête carrée, le Palais de Congrès Acropolis ayant disparu.
 L'esplanade De Lattre de Tassigny aujourd'hui un parking ou une aire d'accueil devant le Palais des expositions serait requalifié en nouveau miroir d'eau arboré.

Sur cette vue projetée le Théâtre National de Nice a disparu, on perçoit dans le fond ce que pourrait être le Palais des sports et de la culture qui remplacerait le Palais des expositions.

Le palais des expositions

Une fois, le Palais des Expositions requalifié en Palais des sports et le Palais des Congrès detruit où iraient les congressistes ? Réponse de Christian Estrosi, à côté de l'aéroport. Avec la disparition du Marché d'Intérêt National (déplacement prévu à la Gaude) un nouveau complexe pourrait voir le jour.
 
 

Requalification de la voie Mathis

Enfin autre projet d'envergure le réaménagement de la voie Mathis.
Le candidat-maire veut faire de "ce handicap bruyant" un atout en la couvrant d'un toit végétal et de panneaux solaires pour produire de l'électricité. D'après ses études, les recettes dégagées par l'énergie produite permettraient de financer la végétalisation du projet.  
 

Avec quel budget ?

On l'imagine ces projets gigantesques vont demander un lourd investissement. Pas un mot sur le financement lors de la réunion mais lorsque l'on interroge le candidat sur ces budgets il dégaine les chiffres et semble très serein.
Selon Christian Estrosi le bilan financier de la ville est à l'équilibre: "avec une capacité d'emprunt auprès de la Banque Européenne d'Investissement à des taux de 0,9% ou 1,1% les équipements que je propose sont financables." Il compte aussi sur les subventions de l'Europe, de l'Etat et de la Métropole Nice Côte d'Azur pour boucler les budgets. La prochaine coulée verte devrait coûter environ 30 millions d'euros. Pour comparaison c'est le coût de la cuisine centrale et c'est 20% de plus que la première coulée verte selon l'édile.
Concernant l'aménagement de la voie Mathis pas de chiffre précis mais la garantie selon lui que les recettes (engendrées par la vente d'électricité) couvriront "à terme" les dépenses.
 

Une carte d'identité niçoise

Autre projet du candidat Estrosi, une "carte de citoyenneté niçoise" qui permettrait de faciliter les démarches administratives en centralisant les papiers nécessaires à l'identification. Cette carte servirait aussi à bénéficier de tarifs préférentiels dans certaines structures sportives ou culturelles par exemple. Il souhaite ainsi afficher une "préférence niçoise".

Vous me connaissez bien, je n'ai pas besoin de faire de meeting, j'ai besoin de venir à votre rencontre. Christian Estrosi cloture son meeting avec son agenda de campagne.

Près d'une heure de discours et le candidat cloture son meeting avec la traditionnelle Marseillaise et l'hymne niçois Nissa La Bella.

Pour l'agenda: le candidat, Christian Estrosi organisera 18 réunions de quartier avant un dernier vrai meeting à quelques jours du premier tour des élections municipales le 15 mars 2020. 

► Les réactions des opposants

  • Pour Jean-Marc Governatori de la liste Nice-Ecologie (EE-LV-AEI) ce projet n'est pas un projet écologique. Selon lui la destruction de ces bâtiments coûte cher, pollue et n'est pas justifiée. 

Ce qui est triste c’est qu’il est cohérent avec lui-même, c’est dramatique pour notre ville car il croit sincèrement que détruire et bétonner c’est bon pour la ville. J.M. Governatori.

Le candidat n'est pas plus doux avec le projet de la voie Mathis et dénonce "la folie des grands travaux". 

Il faut mettre des panneaux solaires sur le toit des maisons et des commerces éventuellement mais pas créer un toit pour en mettre dessus, c'est une érésie. J.M. Governatori.

  • Pour Philippe Vardon, candidat soutenu par le Rassemblement National, le maire de Nice veut construire son "Estropolis". Il se dit choqué par ce programme: "Après une reprise en régie coûteuse, et alors que cette semaine Christian Estrosi lui-même vantait voici quelques jours à peine une augmentation de 32% du chiffre d'affaires d'Acropolis, cette annonce apparaît particulièrement étonnante, et même brutale." Comme le candidat écologiste, P. Vardon dénonce le coût de ces nouveaux travaux et l'endettement des niçois qui va à nouveau augmenter selon lui. 
 

J'ai cru à la fake news lorsque j'ai lu que Christian Estrosi proposait de raser Acropolis et le TNN ! Mais non ! Réagit Benoît Kandel

  • Pour le candidat Benoît Kandel CNIP-DVD (Centre National des Indépendants et Paysans- Divers Droite) le Théâtre National de Nice et Acropolis sont indispensables à la culture niçoise. Pour lui c'est d'autant moins compréhensible que "Le complexe Acropolis a été primé en 2015 comme meilleur centre international (International Association of Professional Congress).
 
  • Pour Patrick Allemand candidat socialiste de la liste Nice au Coeur rien est bon dans ces annonces faite selon lui pour créer le "buzz". Ces travaux représenteraient un "gouffre financier", n'auraient aucune utilité, voir pire, désavantageraient les quartiers alentours. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus