Nice, "capitale du tourisme de Riviera" candidate officielle sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Le gouvernement français vient de retenir la candidature de "Nice, capitale du tourisme de Riviera" à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial pour la présenter à l’UNESCO. Une nouvelle candidature azuréenne après le rejet, l'été 2019 "des Alpes de la Méditerranée".

 "Nice, capitale du tourisme de Riviera" candidate sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
"Nice, capitale du tourisme de Riviera" candidate sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. © Manon Hamiot/FTV
Après l'échec, en juillet 2019, de la candidature des "Alpes de la Méditerranée" à figurer à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial,
le gouvernement français vient de retenir, début 2020, la candidature de "Nice, capitale du tourisme de Riviera".
 
L'occasion, peut-être, pour la capitale azuréenne d'acceder, enfin, à la sphère tres prisée des membres du patrimoine mondiale de l'UNESCO.
 

Un projet de 2012


Engagée par le maire de Nice, Christian Estrosi, et sous le pilotage de Jean-Jacques Aillagon en 2012, cette candidature concerne l’ensemble urbain de près de 600 hectares qui, de 1760 à nos jours, a joué un rôle exclusif dans le développement urbain de la capitale azuréenne.
Avec près de 7 kilomètres, la Promenade des Anglais, borde la baie de Nice.
Avec près de 7 kilomètres, la Promenade des Anglais, borde la baie de Nice. © Manon Hamiot/FTV

Cet ensemble se caractérise par son urbanisme, ses espaces verts plantés d’essences exotiques, ses promenades, au premier rang desquelles l’emblématique Promenade des Anglais, son patrimoine de villégiature, reflet d’apports venus du monde entier, avec ses villas, ses hôtels, ses palaces, ses "palais", ses immeubles d’agrément, ainsi que ses lieux de cultes et de sociabilité.

En octobre 2017, Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole, écrivait à Elisabeth Borne, ministre des transports. Il lui demandait de déclasser la Promenade des Anglais et le quai des Etats-Unis, qui figurent dans la liste des routes à grande circulation par l'Etat. Un argument supplémentaire pour tenter de figurer à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial.
 


 Les réactions à cette inscription

 

"Le dossier de Nice, que nous avons décidé de défendre cette année, est profondément original. Il s’agit de reconnaître la valeur patrimoniale d’un type d’urbanisme inédit : cosmopolite et orienté vers les loisirs. Ce qui s’est joué à Nice à partir de la fin du XVIIIe siècle, c’est l’invention d’une part importante de notre modernité"

a déclaré le ministre de la Culture, Franck Riester.



La réaction du Maire de Nice ne s'est pas fait attendre : 

"Je me réjouis de l’honneur qui nous est fait par le Gouvernement français de retenir la candidature de "Nice, capitale du tourisme de Riviera" à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial pour la présenter à l’UNESCO. Je tiens à exprimer toute ma gratitude au Président de la République Emmanuel Macron qui, par ce choix, accorde à Nice une reconnaissance de la qualité du dossier porté par notre ville".

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

 

 



Le Comité du Patrimoine Mondial pourra ainsi, dès 2021, lors de sa session plénière, se prononcer sur cette candidature après son instruction par les experts de l’ICOMOS.
A titre indicatif la France est clasée 4e. au top 10 des pays classés au patrimoine de l'UNESCO avec 45 sites. 





 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
unesco culture patrimoine tourisme économie