Nice : la sculpture "Carnavalovirus, l'usurpateur" exposée place Masséna fait débat

Alors que le Carnaval de Nice a dû être annulé à cause de la crise sanitaire, une sculpture appelée "Carnavalovirus, l'usurpateur" a été installée le mardi 16 février place Masséna. Une façon pour la ville de Nice de montrer que même sans son Carnaval, le virus n'a pas gagné.

La sculpture sera présente jusqu'au 27 février sur la place Masséna à Nice.
La sculpture sera présente jusqu'au 27 février sur la place Masséna à Nice. © Benoit Loth / France Télévisions

La traditionnelle fête niçoise ne peut pas avoir lieu cette année à cause de la crise sanitaire. La ville de Nice a tout de même voulu donner vie au Carnaval, même si cela va se faire en partie virtuellement. Pour marquer le coup, une sculpture particulière a été installée place Masséna ce mardi 16 février.

"Carnavalovirus, l'usurpateur" n'est autre que le fameux coronavirus à l'origine de la crise sanitaire qui endeuille le monde entier depuis plus d'un an. Dans un communiqué, la ville de Nice explique cette démarche artistique : il "tente, en ce début d’année, de se couronner « Roi du Carnaval de Nice 2021 » en essayant de s’approprier la couronne et de la mettre sur sa tête ! Mais il peine…

Ses petites « mandibules » sont trop courtes. Le masque et le vaccin les raccourcissent de jour en jour. Le règne de l’usurpateur du monde est en train de prendre fin et la planète en sera bientôt totalement débarrassée !"

Cette sculpture a demandé près de 350 heures de travail à la petite équipe de 5 carnavaliers qui s'est attelée à sa création pendant une dizaine de jours.

Cette sculpture a demandé près de 350 heures de travail à la petite équipe de 5 carnavaliers qui s'est attelée à sa création pendant une dizaine de jours. C'est un OVNI carnavalesque, car ni un char ni une grosse tête, c'est un format interactif que l'on a jamais, une expérience carnavalesque grisante,

Yohan Garcia, carnavalier à Nice.

Bien que l'intention soit de tordre le cou au virus dont tout le monde parle, certains internautes ont été surpris par ce choix artistique. Sur les réseaux sociaux certains regrettent de voir ce virus qui occupent déjà toutes nos têtes, quand d'autres dénoncent même un manque de respect envers les milliers de morts qu'il a causé.

Mais c’est une blague????

Pauvre carnaval, on aurait besoin de voir autre chose que ce maudit virus. Il y a tellement d’autres sujets pour nous remonter un peu le moral. C’est un manque de tact visuel...

D'autres trouvent la sculpture dans l'air du temps et sympathique :

Moi j aime bien.....très schtroumpfffff, léger....dégonflable.....le carnaval est fait justement pour la dérision...le paroxysme exorcisme...

Il faut le prendre au second degré ... On va leur faire la peau, à Covid et Cie.

Je pense que si ce coronavirus pouvait rendre les gens plus simples moins dans la contradiction le jugement juste la simplicité ça serait vraiment bien. On s’offusque de tout on ne connais plus le second degrés la bienveillance que ces triste ce monde blasé malveillant critique Bien sûr il y a les victimes et on est tous des victimes de ce virus mais bon arrêtez de tout critiquer !

Pour préserver une tradition du Carnaval de Nice, le Carnavalovirus sera brûlé ce samedi 27 février à 18h45 sur les pages officielles Facebook (Carnaval de Nice) et Instagram (@nicecarnaval) pour suivre en direct l’incinération du Carnavalovirus !

Toutefois, la couronne sera préservée pour la placer l'année prochaine sur la tête du roi du Carnaval 2022. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société carnaval de nice fêtes locales carnaval événements sorties et loisirs