Plusieurs lycéens de Nice destinataires du message annonçant une bombe dans leur établissement

Trois élèves scolarisés dans les lycées Don Bosco et Parc Impérial de Nice ont été concernés ces derniers jours par le message menaçant de faire exploser leur établissement. Le parquet de Nice a ouvert des enquêtes suite à ces faits.

Comme des dizaines d'élèves en Île-de-France, à Saint-Malo ou encore au Havre, au moins trois lycéens de Nice, scolarisés à Don Bosco et au Parc Impérial, ont été destinataires ce jeudi 21 mars du texte de menaces - accompagné d'une vidéo de décapitation - diffusé sur de nombreuses messageries internes à travers la France.

Selon une information de France 3 Côte d’Azur, une élève de seconde scolarisée au lycée du Parc Impérial a ainsi été destinataire de ce message. L’auteur anonyme se revendique de l’organisation terroriste État Islamique.

"Décapiter tous vos corps de kuffars"

Dans son message, que France 3 Côte d’Azur a pu consulter, il annonce son projet de faire "exploser l’établissement tout entier vers 11/15h et [de] décapiter tous vos corps de kuffars" [terme arabe à connotation péjorative désignant celui qui n'est pas croyant en l'islam].

L’auteur du message précise également avoir placé "du C4 [un explosif] partout dans le lycée et dans les classes".

"Deux lycéens ont reçu une vidéo de décapitation"

Ce vendredi, le parquet de Nice précise : "deux lycéens ont reçu une vidéo de décapitation, en effet accompagnée de menaces". Une enquête préliminaire est ouverte à Nice.

Contacté, le rectorat de Nice assure de son côté qu’aucune messagerie n’a été piratée au lycée du Parc Impérial, mais qu’il s’agit d’un message qui a circulé entre lycéens.

Un lycéen de Don Bosco placé en garde à vue

Dans le même temps, un élève de terminale du lycée privé Don Bosco est également concerné par ce type de faits. Selon BFM Nice Côte d’Azur, sa messagerie Pronote (carnet de correspondance numérique) aurait été piratée pour diffuser le même message.

Le collège et le lycée Don Bosco ont alors été évacués pour "alerte à la bombe" ce mercredi 20 mars en début de journée, et des démineurs s'étaient rendus sur placer pour "lever le doute".

"Un lycéen qui s’est présenté spontanément [à la police] a été placé en garde à vue le temps des vérifications nécessaires, confirme le parquet de Nice, joint par France 3 Côte d'Azur. Son compte Pronote a été piraté". Une enquête préliminaire est ouverte.

L'Éducation nationale "condamne ces menaces graves"

À Paris, "une enquête a été ouverte et tout est mis en œuvre pour retrouver le ou les auteurs de ces menaces", a déclaré le Premier ministre Gabriel Attal.

Le parquet de Paris précise qu'une enquête a été ouverte pour "d’accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données" et "introduction frauduleuse de données".

Le ministère de l'Éducation nationale "condamne ces menaces graves" et "s'assure, par ailleurs, qu'il n'y a pas de compromission des réseaux du fait de l'envoi de ces messages"

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité