Pneus, poutres en métal, tuyaux... grosse opération de nettoyage de la rade de Villefranche-sur-Mer

La rade de Villefranche-sur-Mer est l'une des plus fréquentées de la Côte d'Azur. / © Richard de Silvestro / France Télévisions
La rade de Villefranche-sur-Mer est l'une des plus fréquentées de la Côte d'Azur. / © Richard de Silvestro / France Télévisions

Près de Nice, la rade de Villefranche-sur-Mer est l'une des plus fréquentée de la Côte d'Azur. Un espace magnifique souvent sali par l'homme, une opération de nettoyage a eu lieu ce dimanche.

Par Coralie Becq édité par Laurent Verdi

Paysage de carte postale, la rade de Villefranche est très réputée, jusqu'à 300 bateaux de plaisance y mouillent par jour en pleine saison. 

Derrière cette fréquentation importante, une pollution maritime. Sous l'eau, des milliers de déchets ramenés par la mer ou laissé là par l'homme.
 
Un pneu remonté à l'aide d'une grue. / © Richard de Silvestro / France Télévisions
Un pneu remonté à l'aide d'une grue. / © Richard de Silvestro / France Télévisions


12 associations


Pour nettoyer cet espace unique, les plongeurs des clubs locaux ramassent les détritus. 12 associations se mobilisent, deux fois par an pour nettoyer le port et les fonds marins.

"Il y a des choses magnifiques à voir et d'autres choses qu'il faut enlever pour que cela continue à rester magnifique" explique un des participants.

Avec une barge équipée d'une grue, les plus gros détritus sont extraits des profondeurs. Les bateaux qui coulent deviennent des épaves et on est loin du trésor englouti qui se visite.

"C'est un amas de fibre de verre et de bois écrasé au fond. Cela pollue énormément (...) il y a des batteries, des fils électriques" précise un plongeur en train de remonter des déchets.
 


Villefranche au coeur


Ces carcasses, abandonnées par leurs propriétaires, sont un fléau selon Marc Rocca, le président de l'association Villefranche au coeur, organisateur de l'événement :

"Comme il y a des gros coups de mer au mois de novembre, ces bateaux viennent se fracasser sur les rochers et ensuite s'éparpiller avec tout ce qu'ils ont de polluant à l'intérieur dans la rade". 

Sur mer comme sur terre, 120 personnes ont récolté plus d'une tonne de déchet dimanche matin. Des démineurs de la sécurité civile sont venus aider, ils ont même ramené des munitions datant de la Seconde Guerre mondiale : grenade et obus de mortier, à manier avec précaution. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus