Qui sont les Atsem qui sont en grève notamment à Nice ce 3e jour de rentrée scolaire ?

Publié le
Écrit par Hélène France .

C’est la toute première semaine complète de la rentrée et elle s’annonce compliquée pour les élèves comme pour les parents et les enseignants. Les Atsem, les agents territoriaux qui aident et assistent les enseignants sont en grève. À l’initiative du mouvement, se trouvent plusieurs syndicats.

Le rendez-vous était donné devant l’école maternelle et primaire Saint-Roch II avant la rentrée des élèves ce 5 septembre. Les Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) sont en colère parce que disent-ils, ils ne sont pas écoutés ni entendus par le maire de Nice. 

Huges Jeffredo, secrétaire général CGT Nice Métropole Côte d'Azur ne mâche pas ses mots: " Le maire leur a envoyé un courrier le 29 Aout en leur donnant des réponses sauf que les réponses qu'il leur apporte sont encore insuffisantes ou en tous cas très floues;"

Un mouvement national, car ces fonctionnaires, employés par les mairies, réclament une hausse de salaires et un dégel du point d'indice de 10 % au moins, pour compenser la multiplication de leurs tâches au quotidien.

Mais qui sont-ils ?

Les Atsem, sont des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles. Ils assistent les enseignants sur le temps scolaire. Les taches vont de l’accueil du matin à la garderie en fin de journée en passant par la cantine ou encore l’entretien et la préparation du matériel pédagogique.

Ces personnes aident les maîtresses à surveiller les enfants et à les accompagner dans leur apprentissage.

Autrefois, elles étaient nommées « femmes de service » et restent à 99 % des femmes.

Ce matin, pour les parents qui travaillent, la grève était problématique. Une maman qui a du récupérer son enfant est très contrariée : "Une semaine après la rentrée, on vient juste de les mettre à l'école et c'est déjà la grève ! C'est compliqué. J'ai du poser 1 jour de RTT pour ça."

D'autres parents ont trouver des solutions comme avec Martine, une marraine: "Je suis venue dépanner ses parents parce qu'il n'y a pas de cantine. Sa maman travaille en continu et son papa aussi."

Leurs revendications

 

Ce lundi matin, près de 200 Atsem et agents techniques entaient réunis place Garibaldi à Nice. Une manifestation qui fait suite à celle de juin ou « rien n’avait changé » disent-ils.

Ils réclament une revalorisation salariale, soit une hausse de traitement de 183 euros par mois qui correspond à un dégel du point d’indice de 10% au moins. Il s’agit de faire face à l’inflation et de compenser la multiplication des taches. Les Atsem seraient rémunérés, en moyenne, entre 1300 et 1800 euros par mois.

Ils exigent également une reconnaissance précise de la pénibilité de leur métier indique la fédération CGT des services publics. Les aides-soignants et les auxiliaires de puériculture ont déjà bénéficié de cette reconnaissance précise et d’une hausse de traitement.



Au niveau national, ce sont quelque 50.000 agents qui sont concernés. Si l’initiative revient au syndicat CGT, FO et Unsa ont également appelé leurs membres à faire corps. Pour la CGT, les Atsem sont « mal payés, sans perspective d’évolution de carrière et confrontés à une perpétuelle dégradation de leurs conditions de travail. »

Séverine, Atsem, ne cesse d'expliquer à son entourage: "On me dit toujours, mais tu es tout le temps en vacances , mais c'est faux. On nous compare aux enseignants. Les gens ne savent pas ce qu'on fait. En fait nous on est là tout le temps, le mercredi, pendant les petites vacances scolaires et ca les gens le savent pas !"



À Nice, sur 150 écoles, la moitie n'assurent pas de restauration scolaire ce jour, mais, 8, seulement, sont fermées. Les parentes des écoles concernées ont été informés vendredi afin de pouvoir s'organiser.



Les Atsem n'ont pas encore arrêté de date, mais ont déjà prévu de reconduire le mouvement de grève. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité