Tout savoir sur le festival "C'est pas classique" de Nice qui se réinvente loin d'Acropolis en destruction

Depuis 18 ans qu'il existe, le festival de musique "C'est pas classique" s'était installé dans les vastes auditoriums à l'exceptionnelle acoustique du palais des congrès Acropolis. Depuis la décision de sa destruction par le maire de Nice, le département des Alpes Maritimes à l'origine de ce festival gratuit a du se réinventer. Lieux inédits, durée prolongée et programmation originale, C'est pas classique élargi la gamme de sa success story.

Depuis sa création, C’est pas Classique n’a cessé d’accroitre sa notoriété : plus de 500 000 spectateurs pour plus de 1 000 spectacles depuis 2005 ! 

De la musique en petite ou grande formation, des artistes de renommée internationale et un public d’une fidélité absolue ont fait la réussite d’un rendez-vous qui s’était fixé le défi de faire découvrir la musique classique à Nice. Les dernières éditions étaient prises d’assaut par les connaisseurs et les curieux au point que certains spectacles se jouaient à guichets fermés.

Un rendez-vous incontournable à la fin de la saison automnale, quand les jours raccourcissent, que le soleil devient presque froid et que l’envie de partager une sortie musicale se fait plus ardente.

Malgré la destruction du Palais des congrès - Acropolis niçois, le festival continue son développement au grand soulagement de tous ses amoureux.

C’est sur tout le territoire que le festival va désormais s’étendre !

Des concerts exclusifs, durant plus de 15 jours (contre 3 seulement auparavant) vont être donnés dans plusieurs communes. 13 ont été retenues afin de permettre une plus grande couverture sur l’ensemble du territoire Maralpin :

  • Cap d’Ail
  • Carros, dans la salle Juliette Gréco
  • Cannes dans la salle des Arlucs
  • Grasse, en son théâtre de Grasse
  • Lucéram
  • Mougins sur la Scène 55
  • Mandelieu La Napoule
  • Nice, au Palais Nikaia, à l’Opéra, au Palais de la Méditerranée et au Pathé Masséna
  • Puget-Théniers
  • Saint-Martin-Vésubie
  • Tourrette-Levens
  • Vence
  • Villars-sur-Var.

Au total ce sont quelque 33 concerts, menés par 230 artistes musiciens, qui vont permettre aux mélomanes de se régaler durant 17 jours !

L’Orchestre National de Cannes, l’Orchestre philharmonique de Nice, l’Ensemble baroque de Nice pour ne citer que les plus grands ensemble locaux vont se produire d’un bout à l’autre du département des Alpes-Maritimes.

Certains spectacles seront adaptés pour être donné à un baby public, dès l’âge de 6 mois, afin de continuer à faire découvrir la musique classique aux plus jeunes. Il n’est pas rare d’ailleurs de voir de jeunes parents qui ont apprécié le festival dès ses premières heures y emmener leurs propres enfants !

 Pour Auguste Verola, Vice-Président du Département délégué à l'enfance et à la culture, le festival perd un peu de son esprit en s’exilant hors les murs d’Acropolis mais garde son essentiel :

« Avant, on faisait, au second étage du Palais des congrès, des ateliers, des initiations au théâtre et à la culture en général. J’ai voulu conserver cela pour les enfants qui sont les spectateurs de demain. Au forum Jorge François, sous l’église Saint-Pierre d’Arène, il y a deux grandes salles dont une salle de spectacles. Les enfants pourront assister à des spectacles proposés par des compagnies spécialisées pour le plus jeune âge. Ce sont des productions admirables de joie, de douceur et de poésie. Et puis, avec le restaurant solidaire fondé par le Père Gil Florini, et son programme d’insertion professionnelle, nous pourrons offrir un gouter aux enfants !»

Un festival qui garde son âme et ouvre sa programmation

L'ancrage historique du festival, c'est la musique classique. Ca le restera. Toutefois, cette année, le Département des Alpes-Maritimes a décidé que la programmation, toujours aussi qualitative serait encore plus éclectique.  

De grands noms de la musique "pas classique" feront leur entrée dans le monde harmonieux du festival.

Marc Cerrone, figure incontournable de la musique électronique sera l'un d'eux. Kyle Eastwood bassiste et contrebassiste de jazz et qui a composé, avec Clint Eastwood, des musiques de films réalisés par son illustre père, en sera un autre. Et André Manoukian avec son trio ethnique les Balkans un troisième. 

Lors de la conférence de presse qui a dévoilé le nouveau concept de C'est pas classique, au Palais Sarde, ce vendredi après-midi, Charles-Ange Ginesy, le Président du Conseil départemental, a insisté sur sa volonté d'une politique culturelle de haut niveau très large : "Ca a toujours été l'adaptation des musiques modernes avec la volonté de faire aimer le classique. Si c'est Cerrone musicien moderne qui reprend de la musique classique pour la faire apprécier dans sa version et dans sa composition, c'est exactement ce que nous cherchons C’est ce que nous avions eu avec Nigel Kennedy. Ce violoniste d’exception avec son talent incroyable avait fait exploser la scène tout en faisant de la musique classique."

Le Conseil départemental consacre, cette année 27 millions d'euros à la culture. Le festival C’est pas classique, nouvelle formule, ponctuera de manière magistrale ces quatre saisons qui n'appartiennent pas à Vivaldi mais aux Maralpins. 

Comment réserver ? Sur cpc.departement06.fr dès le 13 octobre ou dans les Maisons du Département. Programmation détaillée en appelant le : 0800 740 656