Près d'un mois après la tempête Alex, l'eau n'est toujours pas potable à Tende

Encore sans accès routier, le village de Tende, dans les Alpes-Maritimes, attend le retour de l'eau potable.

L'eau est de couleur marron lorsqu'elle sort des canalisations.
L'eau est de couleur marron lorsqu'elle sort des canalisations. © Cécile Carc
L'usage de l'eau du robinet est limité à 3 ou 4 heures par jour, le soir, à partir de 19 heures. C'est d'abord une eau marron qui coule, les canalisations ayant été abîmées par la tempête Alex. "Il faut attendre un petit moment avant que les impuretés s'écoulent" explique Jean-Noël Ghio, habitant de Tende. Il explique que le retour de l'eau potable est l'une des priorités des habitants. "On a l'impression d'être toujours isolés 4 semaines après" déplore cet ambulancier qui a perdu une grande partie de son activité.

"On a l'impression d'être toujours isolés 4 semaines après"

Jean-Noël Ghio, habitant de Tende

Il ajoute que l'hôpital du village est alimenté en eau en permanence pour assurer les soins. La mairie a publié un appel au respect des "gestes barrière" ce mercredi, indiquant que la Covid-19 circulait activement à Tende et que plusieurs cas graves avaient dus être transférés vers le littoral. 

Acheter de l'eau en bouteille

Pour lui comme pour de tous les Tendasques, il faut consommer de l'eau en bouteille. Mais le village reste coupé du monde, seul le train permet aux habitants d'aller faire leurs courses. 
Quand ils prennent le train en direction de la côte ou de Cuneo, ville italienne la plus proche, il faut compter deux jours pour faire l'aller-retour car il y a encore très peu de trains.
La supérette du village redistribue les dons de nourriture mais les bouteilles d'eau potable ne sont pas toujours disponibles en grande quantité.
La file d'attente devant la supérette de Tende.
La file d'attente devant la supérette de Tende. © France Télévisions
La Covid-19 risque de compliquer les voyages en Italie et en France aussi avec la possibilité d'un nouveau confinement. L'accès routier devrait être rétabli avant la fin de l'année selon les autorités, un accès qui sera d'abord réservé aux services de secours.
Une inconnue inquiète aussi les habitants, l'arrivée de la neige qui risque de compliquer l'approvisionnement et le long travail de reconstruction.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vallée de la roya nature parcs et régions naturelles intempéries météo