VIDÉO. Risque d'avalanche : rencontre avec les pisteurs artificiers d'Auron

Neige abondante, fortes précipitations... Les intempéries qui ont frappé dimanche 3 mars le département des Alpes-Maritimes ont apporté leur lot de cadeaux venus du ciel ! Dans les stations de ski, le travail des pisteurs artificiers a été dense ces derniers jours pour sécuriser les domaines. Exemple à Auron, aux côtés des "anges gardiens' des skieurs.

Les récentes chutes de neige dans les massifs des Alpes-du-sud ravissent les stations de ski. Cependant, attention, car le risque d'avalanche reste élevé, en raison d'un manteau neigeux instable. Il est ce mercredi classé jaune par Météo-France. En recul donc par rapport au week-end dernier.

À Auron dans les Alpes-Maritimes, il y a actuellement 2 mètres de neige en haut des pistes à 2430 m d'altitude et 1,30 m en station !

42 des 43 pistes sont ouvertes pour les skieurs. Pour permettre d’ouvrir le domaine skiable suite à ces fortes chutes de flocons, des pisteurs artificiers sont amenés en urgence.

Explosif à la main, leur travail est minutieux et dangereux. Les pisteurs artificiers sont 22 à être déployés sur les endroits stratégiques de la station. Le domaine skiable de 135 km de pistes s’étend sur quatre secteurs : Las Donnas, Sauma Longue, Demandols et Lieuson.

Un Plan d'Intervention de Déclenchement d'Avalanches (PIDA) est mis en place si le risque d'avalanche est élevé.  

"On va préparer une charge explosive pour envoyer dans la pente et faire une coulée d’avalanche pour sécuriser le domaine" précise Daniel Granier, pisteur-artificier.

Dans les zones difficilement accessibles, ils peuvent aussi utiliser le canon dit "avalancheur". En une matinée ce lundi 4 mars, il y a eu 34 tirs.

Un métier à part 

Après avoir effectué deux saisons comme pisteur secouriste 1ᵉʳ degré, on peut devenir artificier. Le travail de déclenchement des avalanches, avant l'ouverture des pistes de ski, fait partie d'une façon plus générale de la sécurisation des pistes de ski, dont les services de sécurité des pistes ont la charge.

Des agents des services des routes ou du Conseil général peuvent être, eux aussi, amenés à déclencher les avalanches pour mettre en sécurité des tronçons de route d'altitude par exemple. Ce fut le cas en début de semaine près d'Isola 2000, une autre station du département. La route d'accès a été fermé durant plus d'une journée afin de permettre de sécuriser le passage des voitures.

Des agents de l'ONF (office national des forêts) du service RTM (restauration des terrains en montagne) peuvent aussi devoir déclencher préventivement des avalanches.

Leur formation est assurée par L'ANENA (Association Nationale pour l'Étude de la Neige et des Avalanches).

Pratiquant de raquettes, de ski de randonnée, de freeride, d’alpinisme ou de hors-piste ? Si le métier vous intéresse, le 14 mars prochain, une soirée de prévention des risques liés à la neige et aux avalanches est organisée à Nice. Organisée conjointement par le Conseil départemental des Alpes-Maritimes et l’ANENA, au sein de l’auditorium de l’Espace Laure Ecard de Nice à 20h, cette soirée s’adresse à tous ceux qui souhaitent acquérir ou réviser les connaissances élémentaires pour une pratique plus sécuritaire en terrain enneigé.