VIDEO. "Ça prouve aux gens qu’on est encore là" : un éleveur accompagne ses 2 000 moutons à travers Saint-Vallier-de-Thiey

Les habitants de cette commune ont pu assister au premier jour de transhumance dimanche. Une façon, pour l'un des derniers éleveurs ovin des Alpes-Maritimes, de montrer au grand public que ce métier de vocation n’est pas prêt de disparaître.

C’est à une heure de Cannes et de Nice que le premier jour de transhumance a eu lieu dimanche 21 mai. Les rues du village de Saint-Vallier-de-Thiey se sont vu envahir par 2 000 moutons dans la joie et la bonne humeur !

Une transhumance réalisée à pied

Pour ce premier jour de transhumance réalisé dans le haut pays Grassois, l’éleveur ovin Bernard Bruno s’est fixé un pari : l’accomplir du début à la fin à pied. Première étape, la traversée du village. C’est au milieu d’habitants éberlués et dans de petites rues que les 2 000 moutons se sont faufilés sans aucune discrétion.

"On n’a jamais fait la traversée du village et elles ne connaissent pas la route. Dans 5 minutes, elles comprendront que cette fois, elles s’en vont et que c’est parti."

Bernard Bruno, éleveur ovin à Saint-Vallier-de-Thiey

à France 3 Côte d'Azur

Pour le plaisir des habitants de Saint-Vallier-de-Thiey, les 2 000 bêtes ont fait une pause l’après-midi au cœur même du village. Un moment très insolite. "Les habitants ne connaissaient pas particulièrement la transhumance, ils voyaient passer les moutons une fois dans l’année, mais il n’y avait pas ce partage", détaille Jean-Marc Delia, maire de Saint-Vallier-de-Thiey.

durée de la vidéo : 00h01mn46s
En ce dimanche 21 mai, c’était un grand jour pour les habitants de Saint-Vallier-de-Thiez qui ont pu assister au premier jour de transhumance et pour l’éleveur ovin Bernard Bruno qui a voulu démontrer au grand public que ce métier de vocation existait toujours et surtout qu’il n’était pas prêt de disparaitre. ©J-B Vitiello-FTV

Des habitants surpris et émus par l’incursion de la nature dans leurs rues et entre leurs maisons.

"Chaque fois, j’ai la boule parce que c’est vrai que j’adore ça. La transhumance, les moutons, c’est ancestral et c’est merveilleux."

Une habitante de Saint-Vallier-de-Thiey

à France 3 Côte d'Azur

Le pastoralisme à l’honneur

Pour Bernard Bruno, qui est dans ce milieu depuis plus de trente-cinq ans, l'objectif de cette première transhumance était clair. "Ça prouve aux gens qu’on est encore là et c’est ce que l’on voulait montrer avant que l’on ne disparaisse complètement", glisse-t-il.

Bernard Bruno va reprendre le chemin des estives avec le sentiment d’avoir fait passer son message. En attendant, ses bêtes vont passer l’été à une centaine de kilomètres d’ici et y resteront jusqu’à la mi-octobre avant de reprendre le chemin du retour.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité