Vingt ans déjà que ce festival singulier anime le printemps aixois ! Expositions, rencontres, ateliers, dédicaces… De multiples rendez-vous gratuits sont proposés du 6 avril au 25 mai.

Une grande fête autour de la bande dessinée et des arts associés : c’est l’esprit de ces Rencontres du 9e art créées en 2004. Loin d’un simple salon de dédicaces, il s’agit de montrer au grand public la diversité de la création d’aujourd’hui et de dresser des ponts avec les arts tels que le cinéma, l'animation, la musique, les arts graphiques ou le street-art…

Plus de 40 artistes sont invités cette année et tout est gratuit. Pas facile de choisir tant les propositions fourmillent, mais on a tout de même sélectionné cinq temps forts !

1. Des expositions totalement inédites

Elles sortent tout droit de l’imagination des artistes conviés, qui donnent libre cours à leur créativité. L’idée, c’est de quitter leur zone de confort et "ne pas simplement accrocher des livres aux murs".

De "Chasseurs d’Invader" de Nicolas Kéramidas à "Enfantillages" d’Antonin Louchard en passant par "2280, Reconstruction" de Jérôme Puisgros-Puigener ou encore "Et au milieu coule du ketchup "de Xavier de Kepper, tout un parcours ludique pour surprendre les visiteurs et montrer ce que l’on ne voit pas ailleurs !

Au total, plus de 10 expos dans différents lieux : Village graphique (cité du livre), musée des tapisseries, office de tourisme et galerie Vincent Bercker à Aix-en-Provence, mais aussi bibliothèque municipale de Fuveau, abbaye de Silvacane et galerie Jean-Marc Bourry à La Roque d’Anthéron.

2. Un week-end de fête les 13 et 14 avril

Deux jours pour célébrer la BD de toutes les manières possibles : expositions éphémères, ateliers, théâtre de rue, concerts, dédicaces… Pour l’occasion, le festival investit toute la ville.

A ne pas manquer : l’ouverture exceptionnelle du couvent des Prêcheurs, fermé au public depuis plusieurs années. Ce site unique, dont l’origine remonte à 1272, accueillera le temps du week-end les 40 auteurs et autrices invités, pour des dédicaces et des rencontres croisées.

Place aussi aux arts de la rue : en compagnie des Cubiténistes, vous pourrez participer à la première "Manif Peinte", une grande partie de rigolade aux slogans les plus improbables !

Avec l’association Mistigri, des jeux géants, d’adresse, de stratégie ou de réflexion, à venir découvrir en famille ou entre amis.

Et pour les amateurs, atelier "flash tattoo" au Village graphique : l’occasion de se faire tatouer par les artistes, avec des modèles créés exclusivement pour l’événement !

3. Les ateliers et visites guidées 

Des dizaines d’ateliers (gratuits mais sur réservation) sont organisés dans tous les espaces du festival. De quoi aiguiser l’imagination des petits (et des grands) tout en découvrant les techniques des artistes.

Par exemple, avec l’auteur Antonin Louchard, star du monde de l’édition jeunesse, les enfants pourront s’exercer à réaliser la silhouette d’un personnage, d’un jouet, d’une peluche, qui deviendra le sujet d’un petit théâtre d’ombre. Ou bien user de la craie grasse pour donner vie à un jouet de catalogue, en mode cubisme ou fauvisme...

Pour les adultes, des visites guidées du Village graphique sont proposées : une immersion complète au coeur de la scène graphique du festival avec une mise en lumière des oeuvres de Brecht Vandenbroucke et de Frédéric Coché.

4. La chasse aux Invader dans les rues d’Aix-en-Provence

Chasseur d’Invader, c’est le titre du dernier album de Nicolas Kéramidas. L’auteur de BD est aussi l’un des plus férus chasseurs d’Invader, ces petites mosaïques en forme de vaisseaux extraterrestres tirés d’un jeu vidéo, qui sont l’oeuvre d’un mystérieux street artiste.

Outre son expo à découvrir au Village graphique, Nicolas Kéramidas vous guidera à travers les rues aixoises pour dénicher et flasher les mosaïques qui s’y cachent. Une quête ponctuée d’anecdotes sur la création de son album... Rendez-vous les 2 et 3 mai (sur réservation au 04 42 16 80 16).

5. Focus sur la jeune scène graphique libanaise

En lien avec la Biennale d’Art et de Culture d’Aix, qui invite le Liban cette année, le festival a voulu mettre en lumière la scène graphique émergente de ce pays en pleine ébullition, grâce à la complicité de l’autrice libanaise Michèle Standjofski.

Au programme notamment : le projet "Beyrouth Ya Beyrouth", 20 artistes libanais racontent leur Beyrouth et imaginent une cartographie inédite de la ville sous la forme d’un journal tout en BD de 24 pages. Du bar Riwak aux joueurs de tric-trac, en passant par une dispute au pied d’un immeuble de Mazraa ou les préparatifs d’un mariage chez un coiffeur de Furn El-Chebbak, c’est une Beyrouth inédite qui s’offrira à la découverte des visiteurs...

Rencontres du 9e art
Du 6 avril au 25 mai à Aix-en-Provence et alentours
>> Infos et programmation ici