Auriol : un apiculteur donne son avis sur la "fin" des néonicotinoïdes

Publié le Mis à jour le

Christophe Jourdan est apiculteur depuis 22 ans à Auriol. Chaque année il perd environ 30% de son cheptel en raison des insecticides néonicotinoïdes.

Avec ses 120 ruches Christophe Jourdan est apiculteur depuis 22 ans à Auriol. Les abeilles c'est sa passion. Chaque année il perd en moyenne 30% de son cheptel. Des pertes sans doute liées aux pesticides néonicotinoïdes.



Jean-Manuel Bertrand et Valérie Bour lui ont tendu le micro.

  

Il y a encore du travail à faire



L'interditcion, à partir d'aujourd'hui, des insecticides de type néonicotinoïdes est certes, pour lui, une bonne nouvelle mais elle ne va pas tout régler du jour au lendemain. Il faudra déjà attendre au moins 3 ans pour la remanence des sols. L'apiculteur était ce matin sur le marché de la place Sébastopol à Marseille pour sensibiliser les consommateurs. 



 









 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité