Boues rouges dans les Calanques : rejets autorisés encore 5 mois.

Les boues rouges sont rejetées en mer dans les calanques, elles circulent dans une canalisation longue de 50 kilomètres
Les boues rouges sont rejetées en mer dans les calanques, elles circulent dans une canalisation longue de 50 kilomètres

Les associations de défense de l'environnement crient au scandale. La date butoir était le 31 décembre dernier pour se mettre en conformité avec les normes environnementales. La préfecture vient d'accorder un délai à l'usine Altéo de Gardanne.

Par Mariella Coste

Rejets dans la mer autorisés encore 5 mois

L'usine Alteo de Gardanne actuellement en redressement judiciaire, s'est vu accorder un délai supplémentaire de 5 mois pour mettre en conformité avec les normes environnementales ses rejets liquides dans les Calanques.

La dernière échéance était estimée par Altéo trop courte, et la Préfecture lui permet de continuer de fonctionner jusqu'au 8 juin 2020.

L'emploi mis en avant

Pierre Dartout, le Préfet de région souligne qu'Alteo, leader mondial des alumines de spécialité (utilisées, entre autres, dans les matériaux de construction tels que le carrelage et dans les composants de produits high-tech comme les écrans de smartphone ou de télévision), emploie "plus de 500 salariés" à Gardanne, et met en avant "les risques de déstabilisation qu'une cessation brutale d'activité ferait peser sur le territoire". 

Placée en redressement judiciaire le 12 décembre, à la demande de l'entreprise, suite à une "baisse brutale" de ses commandes, la holding Alteo avait affiché un chiffre d'affaires de 242 millions d'euros en 2018.

Côté defense de l'environnement, ça grince
Gérard Carrodano, 1er prud'hommes Cassis, pêcheur lanceur d'alerte / © Mariella Coste / France Télévisions
Gérard Carrodano, 1er prud'hommes Cassis, pêcheur lanceur d'alerte / © Mariella Coste / France Télévisions

En 50 ans, Alteo aurait envoyé dans la mer au moins 20 millions de tonnes de "boues" chargées d'arsenic ou de cadmium.

Pour le lanceur d'alerte, Gérard Carrodano, 1er prud'homme des patrons pêcheurs de Cassis, c'est un scandale :

"C'est rendre légal ce qui est illégal !"

Très en colère, il dénonce la décision préfectorale, il poursuit :

"il y a toujours un délai suplémentaire, est-ce que dans 6 mois on ne redonnera pas une autre autorisation, c'est la éniemme dérogation ! Personne ne veut se mouiller, au nom des emplois, et on continue de prendre la mer pour une poubelle. C'est le seul Parc National mondial qui est décridibilisé en ayant de la pollution en continu.
Je viens de dire, à Eric Duchenne, (directeur des opérations de l'usine Altéo de Gardanne NDLR) "mon meilleur ennemi du monde" : la mer c'est ma vie, mon monde. J'ai 8 petits enfants je n'ai pas envie de leur laisser une mer pourrie, je ne te lacherai jamais."

A suivre...


   

A lire aussi

Les + Lus