Camargue: Greenpeace lance une fausse opération immobilière sur fond de réchauffement climatique

Que restera-t-il du littoral camarguais en 2100 ? / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE ; PHOTOPQR / MIDI LIBRE / VINCENT LACOUR
Que restera-t-il du littoral camarguais en 2100 ? / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE ; PHOTOPQR / MIDI LIBRE / VINCENT LACOUR

Et si la montée des eaux vous permettait d'avoir un bel appartement en bord de mer, en Camargue par exemple ? C'est le pari de la société Orizon, une start-up immobilière fictive inventée par Greenpeace pour sensibiliser au réchauffement climatique. 

Par Marie Bail

A l'issue de la 23e conférence climat de l'ONU, la COP23, les délégués de près de 200 pays se sont séparés, samedi 18 novembre, au petit matin au terme de deux semaines de négociation.

L'ONG Greenpeace, les dirigeants doivent s'efforcer de "réaliser de véritables progrès sur les règles de mise en œuvre de l'Accord de Paris et préparer le terrain pour rehausser l'ambition climatique". Pour sensibiliser davantage à la question du réchauffement climatique même en France, Greenpeace a lancé une opération de communication originale. 

L’opération, intitulée Orizon, met en scène une fausse agence immobilière qui pratique "l'immobilier prédictif". Le concept, imaginé par l’agence Artefact, est simple : simuler la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique pour dénicher les biens immobiliers qui seront situés en bord de mer dans quelques dizaines d'années.




Les internautes peuvent sélectionner la zone géographique de leur choix, en Camargue par exemple, ainsi que la surface souhaitée et le budget.

L’algorithme prédictif du site suggère alors de vraies annonces immobilières correspondant aux biens qui se retrouveraient sur le littoral camarguais en 2100, tout en montrant la plus-value réalisée.

© Orizon
© Orizon


Les projections données sur ce site se basent sur le rapport du GIEC de 2014 qui prévoit une augmentation des températures de 5°C et une élévation du niveau de la mer d’environ un mètre à l’horizon 2100. Ce scénario RCP8.5 est le plus pessimiste du GIEC, mais c’est un scénario probable car il correspond à la prolongation des émissions actuelles. La carte de montée du niveau des eaux a été réalisée à partir des données topographiques de la NASA.



Sur le même sujet

Championnat du monde de para-surf

Près de chez vous

Les + Lus