Etang de Berre : des torchères trop fréquentes, la préfecture demande des explications

Publié le Mis à jour le
Écrit par HB avec AFP

La préfecture des Bouches-du-Rhône demande aux industriels de limiter l'utilisation du brûlage de gaz naturel qui provoque des torchères. Cela crée des nuisances pour les riverains. 

 

Trop de torchères dans le ciel de Berre



Dans un communiqué, la préfecture explique que la mise en torche  "est une procédure de mise en sécurité d'installations pétrochimiques, à la suite d'un fonctionnement

non optimal d'unités sur le Pôle Pétrochimique de Berre".  Elle se traduit par le brûlage par des torchères de rejets de gaz naturel. La préfecture rappelle que le recours à cette procédure, qui provoque d'importants panaches de fumée, "n'a pas vocation à être fréquent d'autant qu'il entraîne des nuisances pour les riverains".



Urgence



Dans son arrêté d'urgence la Préfecture oblige 3 industriels - Basell Polyolefines SAS (BPO), Compagnie Pétrochimique de Berre SAS (CPB) et Lyondellbasell Services France

SAS (LBSF)  à transmettre un rapport d'analyses de l'ensemble des épisodes de torche intervenus de 2017 à 2018. BPO devra aussi transmettre sous 6 semaines un rapport d'incident sur les épisodes de torche des 4 et 17 juillet 2018. 

 

Explications



Dans ces rapports, les exploitants devront expliquer le recours à ces torchères et y préciser les "actions correctives mises en oeuvre" pour réduire leur fréquence.

Les entreprises doivent aussi évaluer l'impact environnemental et sanitaire de ces épaisses fumées noires. 



Le préfet des Bouches-du-Rhône, Pierre Dartout, rappelle que ces prescriptions s'ajoutent à celles fixant aux trois  sociétés l'objectif de réduire les rejets atmosphériques.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité