• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Fos-sur-Mer : le maire René Raimondi démissionne

René Raimondi / © Photo Serge Guéroult/Laprovence/MaxPPP
René Raimondi / © Photo Serge Guéroult/Laprovence/MaxPPP

René Raimondi, maire de Fos-sur-Mer depuis 14 ans, vient de démissionner de ses fonctions "pour prendre du recul". Parmi ses combats de maire, on retiendra la lutte contre l'implantation de l'incinérateur sur sa commune. Et sa fronde contre la métropole aux côtés des 106 autres maires.

 

Par Ghislaine Milliet

"Le moment pour moi est venu de vous faire part d'une décision mûrement réfléchie, celle de prendre du recul et de quitter mes fonctions de maire". C'est par ces mots que René Raimondi a annoncé peu après 19h30 ce soir sa démission. Le maire de Fos-sur-Mer jette l'éponge, au milieu de son troisième mandat sans en attendre la fin en 2020.

"Aucune raison de santé"

Le ex-maire explique qu'"aucune raison de santé " n'est à l'origine de cette décision. René Raimondi évoque "la longueur du chemin parcouru comme élu". Il sera resté 14 ans maire.
 

Son successeur désigné

L'ex premier magistrat de Fos-sur-Mer évoque la "confiance totale" qu'il a en ses collègues et notamment Jean Hetsch, son premier adjoint : 

Je souhaite qu'il soit garant de la continuité.

René Raimondi a choisi ce moment pour démisionner pour que les habitants de Fos aient le temps "d'apprécier l'action de Jean avant les prochaines élections".

Je ne vous abandonne pas

écrit l'élu qui annonce qu'il siégera encore au conseil municipal. "Nul n'est propriétaire de son mandat" ajoute René Raimondi.

Plusieurs combats

René Raimondi a livré plusieurs combats pour sa ville. Il s'est d'abord battu contre l'implantation d'un terminal méthanier GDF sur la plage de sable de Cavaou.
Puis il s'est opposé vivement à l'incinérateur de Marseille sur son propre territoire. Une lutte de plusieurs années menée avec d'autres maires du pourtour de l'Etang de Berre. Les populations se souviennent encore du référendum organisé en 2006 par le maire de Fos-sur-Mer ainsi que ceux de Port-Saint-Louis du Rhône et d'Istres. 98% des votants s'étaient exprimés contre l'implantation de l'incinérateur. Malgré les résultats, le référendum n'avait pas empêché la création de l'usine de traitement des déchets. "Un déni de démocratie" s'était alors insurgé René Raimondi.
 

Un maire sur deux ne veut pas se représenter

Particulièrement sensibilisé aux questions d'environnement, René Raimondi a accompagné la création de l'Institut Ecocitoyen pour la connaissances des pollutions, un institut unique en son genre en France, qui souligne grâce à la science, le lien entre pollution et santé.
Enfin, René Raimondi s'est opposé à la création de la métropole de Marseille aux côtés des 106 autres maires du département qui ont multiplié pendant des mois les actions face au gouvernement.
De tout cela peut-être René Raimondi se sent aujourd'hui fatigué. Comme de nombreux maires s'avouant épuisés par la tâche et l'évolution de leur fonction. 
L'enquête 2018 du Cevipof sur les maires de France avance que la moitié d'entre eux ne souhaite pas se représenter en 2020.

René Raimondi siège au Conseil métropolitain depuis la fusion des six intercommunalités. Il était auparavant président du SAN Ouest-Provence. Il est également l'un des vice-présidents du Conseil de territoire.
Il est aussi conseiller général du Canton d'Istres.

Sur le même sujet

Chantal Marchand, directrice départementale des finances des Alpes-Maritimes

Les + Lus