Incendies : les pompiers des Bouches-du-Rhône se préparent à la saison des feux de forêt

Avec l’arrivée de l’été, les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône se préparent au pire. Même si en 2019 moins de 100 hectares de forêt on brûlé, il faut continuer la prévention et la préparation des combattants du feu. Cette année, 31 nouveaux camions seront déployés.

Illustration de l'incendie d'Istres (Bouches-du-Rhône) en 2017.
Illustration de l'incendie d'Istres (Bouches-du-Rhône) en 2017. © Serge Gueroult / MaxPPP

Il fait chaud, très chaud. L’été arrive enfin en Provence, et ce n’est pas qu’une bonne nouvelle. Notamment pour les sapeurs-pompiers, qui chaque année redoutent les incendies dans les massifs.

"Il faut absolument éviter la moindre étincelle dans nos forêts", prévient Grégory Allione, le directeur du Service Départemental d'Incendie et de Secours des Bouches-du-Rhône (Sdis 13).

Car même si le printemps a été pluvieux en 2020, il redoute des départs de feux, qui pourraient être catastrophiques pour nos massifs forestiers.

Avec le réchauffement climatique, les feux se déplacent

Grégory Allione le sait, il faut "faire preuve d’humilité face à la nature".

Avec le changement climatique, les températures augmentent sur toute la surface du globe. Conséquence, les végétaux transpirent, et l’eau contenue dans les bois diminue.

En Australie, les gigantesques incendies du début d’année ont ravagé plus de 12,6 millions d’hectares de végétation, pendant plus de 140 jours. En plein hiver, c’est la Corse qui a dû se battre pendant deux semaines contre le feu.

"Les feux se déplacent aussi, notamment dans le Nord de la France. Le changement climatique nous apporte son lot de menaces", explique Grégory Allione.

"Chaque été, il ne faut pas être supris, car on sait que la routine est dangereuse", ajoute-t-il.

Des renforts humains et matériels

Alors pour ne pas être pris de court, 500 sapeurs-pompiers sont au quotidien présents dans les casernes du département. Auxquels s’ajoutent 280 pompiers l’été, prêts à armer les engins de feux de forêt.

"Un effectif qui peut être doublé, voire triplé les jours à risque, lorsque la sécheresse a fait son œuvre, que le vent souffle ou que les températures sont hautes",  précise le directeur du Sdis 13.

Cette année, 21 nouveaux camions-citernes ont été livrés dans le département, ainsi que des gros porteurs d’eau, capable d’emmener "l’équivalent de quatre canadairs". L'été 2019, déjà dix camions supplémentaires avaient été déployés dans le département. 

L’objectif est toujours "protéger les provençaux mais aussi les sapeurs-pompiers".

Des feux de forêts en période d’épidémie

Cette saison à laquelle se préparent les pompiers sera bien évidemment sous le signe de la prévention contre le Covid.

Durant leurs interventions, les sapeurs-pompiers ont dû s’adapter, et le devront encore pendant les prochaines semaines.

Avec chaque départ pour un incendie, port du masque chirurgical obligatoire dans les camions. La cagoule anti-feu ne se portera qu’au moment même de l’intervention.

L'été dernier, la forêt a été clémente. Seuls 100 hectares ont brûlé malgré 230 départs de feu dans le département. Un bon résultat que le Sdis impute notamment à la prévention auprès de la population.

C'est pourquoi les sapeurs-pompiers appellent encore et toujours à la vigilance. Il n'est donc pas inutile de rappeler qu'il ne faut surtout pas jeter ses mégôts en forêts, ni faire de feu ou de barbecue. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers incendie