Interdiction de pêche à la palourde : les pêcheurs bloquent la sous-préfecture d'Istres et accusent la centrale EDF

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ludovic Moreau .

Depuis ce matin, les pêcheurs de l'étang de Berre bloquent les entrées de la sous-préfecture d'Istres. Ils accusent la centrale hydroélectrique de Saint-Chamas d'être en partie responsable de la catastrophe écologique de l'étang

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Depuis mardi, la pêche à la palourde est officiellement interdite sur l'étang de Berre, par arrêté préfectoral. 80% de la réserve de palourdes a été détruite cet été. Les fortes pluies et la chaleur seraient responsables d'un phénomène rare, qui aurait provoqué l'asphyxie de la faune et de la flore dans les profondeurs de l'étang.
Ce matin, les pêcheurs se sont rassemblés et ont bloqué les accès de la sous-préfecture d'Istres, ils ont été reçu à 11H45.
   

La centrale hydroélectrique responsable ?

Les pêcheurs de l'étang de Berre rappellent qu'ils ont été les "lanceurs d'alerte" cet été en constatant la mort des poissons et des coquillages sur le rivage. Pour eux, les causes naturelles ne sont pas les seules responsables, ils pointent du doigt la centrale hydroélectrique EDF de Saint-Chamas. Les rejets d’eaux douces et boueuses de la centrale seraient aussi responsables de l'asphyxie et de la mort de la réserve halieutique.
Ils se disent prêt à stopper les prélèvements de palourdes, mais demandent également l'arrêt des rejets de la centrale.

Réaction ce matin de William Polias, pêcheur de coquillages en colère recueillie par Sidonie Canetto et Jérémie Hessas 


Point de vue scientifique

Pour les scientifiques du Gipreb (Groupement d'Intérêt Public pour la Réhabilitation de l'étang de Berre), la centrale hydroélectrique est responsable à 50% des rejets d'eaux douces dans l'étang, les eaux de ruissellement et des rivières ont aussi une part de responsabilité sur la baisse de la salinité et l'apport de nitrate dans l'étang.
Les eaux brunâtres et malodorantes sont dues à la décomposition du phytoplancton.

Reportage : Sidonie Canetto et Jérémie Hessas
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité