• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Vitrolles : les auto-écoles en opération-escargot jusqu'au centre des impôts de Marignane

Les auto-écoles devant le centre des impôts de Marignane. / © Emmanuel Cilly
Les auto-écoles devant le centre des impôts de Marignane. / © Emmanuel Cilly

Une cinquantaine de voitures auto-écoles a participé ce lundi matin à une opération-escargot de Vitrolles à l'aéroport de Marseille Provence puis au centre des impôs de Marignane dans le cadre d'une journée d'action nationale.

Par Annie Vergnenegre

Ils se sont donné rendez-vous ce lundi matin vers 10h à Vitrolles. Des auto-écoles des Bouches-du-Rhône ont lancé une opération escargot jusqu'à l'aéroport Marseille Provence dans le cadre d'une journée de mobilisation nationale lancée par le syndicat UNIC (Union Nationale des Indépendants de la Conduite).

Pour une TVA à 5,5

"Macron veut faire le permis moins cher, on n'est pas contre, mais alors, il faut ramener la TVA qui est actuellement à 20 % au taux de 5,5 % comme c'était le cas il y a cinq ans", explique Emmanuel Cilly de Trajectoire Conduite. Depuis que le président de la République a annoncé le 9 novembre vouloir réduire le coût du code et de la conduite, la profession ne décolère pas. Deux parlementaires ont été missionnés, ils devraient rendre leur rapport ce mois-ci. 
 
Jo Grech, le vice-président de l'UNIC a la solution.

70 % du permis va dans la poche de l'Etat. Si demain on baisse la TVA, ça fera 300 euros de moins à payer pour les élèves,

a-t-il calculé.

Paupérisation de la profession

"Le permis, c'est le premier passeport vers l'emploi, ajoute-t-il. Sachant qu'il faut débourser autour de 1500 euros pour un permis avec les 20 heures de conduite minimum. 
 
Les auto-écoles bloquent l'avenue du 8 mai à Marignane / © Emmanuel Cilly
Les auto-écoles bloquent l'avenue du 8 mai à Marignane / © Emmanuel Cilly

Les auto-écoles ont un autre grief contre le gouvernement. Seules les entreprises agrées peuvent exercer l'activité. "L'agrément d'exploitation est préfectoral et nous voulons qu'il le reste, souligne, Jo Grech. Le gouvernement veut rendre l' agrément national ce qui va entraîner une paupérisation de la profession. Les professionnels craignent notamment un plus grand recours à des enseignants autoentrepreneurs, comme le font les auto-écoles en ligne. 

Etre reçus par le préfet

Pour se faire entendre, les auto-écoles ont décidé de se rendre devant le centre des impôts de Marignane, préféré à Marseille pour des raisons pratiques dans le contexte des gilets jaunes. Ils bloquent en ce moment l'avenue du 8 mai. Ils demandent à être reçu en délégation le préfet. Le département compte 381 auto-écoles, l'action du jour mobilise une cinquantaine de voitures.

Sur le même sujet

Stéphane Gauberti (06)

Les + Lus