A Marseille, "la route tue encore plus que la drogue" alerte une avocate spécialisée

Publié le Mis à jour le

Quatorze tués sur la route à Marseille au mois de juillet, l'été est meurtrier. Piétons, conducteurs de deux-roues, de voiture, ces accidents passent inaperçus entre la crise sanitaire et les règlements de comptes, au grand dam d'un cabinets d'avocats spécialisés.

"Pendant le confinement, les jeunes sont restés muselés, maintenant ils se lâchent", observe Romy Collard Lafond, avocate des victimes de la route. Conduite sous effet d'alcool, de drogue, vitesse excessive, somnolence, 

"Hier soir, sur le Vieux-Port, je voyais trois jeunes se cabrer avec leur deux-roues. C'est dangereux pour eux et pour les autres. Avec eux, la route se partage très différemment," constate l'avocate spécialiste de la sécurité routière.   

"À Fréjus, cet été, un enfant en colonie de vacances marchait le long d'une route quand il a eu un accident, il a perdu son pied" raconte l'avocate. Son métier la confronte en permanence à des dommages corporels lourds, paraplégie, traumatisme crânien, amputation... 

La spécialité de cette avocate était déjà celle de sa mère, Jehanne Collard, soeur de Gilbert Collard. Après un grave accident de la route et plusieurs mois de rééducation, elle s'était orientée dans cette voie. Sa fille Romy a suivi le même chemin.  

Jusqu'à 20 ans de procédure pour certains dossiers 

"Nous sommes entre la médecine et le droit. Nous accompagnons la victime avec toute sa charge émotionnelle. Certains dossiers durent vingt ans parce qu'il faut attendre que l'état de santé se stabilise". Les indemnités sont parfois très importantes.

Mais comment mettre son logement aux normes handicapé, vers quel médecin se tourner pour se faire fabriquer une prothèse, qui rencontrer pour gérer les deux millions d'euros d'indemnités qu'on vient de gagner ? Ces avocats accompagnent la victime d'accident de la route "c'est intéressant, gratifiant, mais affectivement coûteux."

"À Marseille, la route tue encore plus que la drogue, plus que les fusils d’assaut", rappelle Me Romy Collard Lafond. 

Le bilan de la préfecture fait état de 14 morts en juillet 2021 : une cycliste, deux conducteurs de deux-roues et onze personnes en voiture. Parmi ces victimes, huit ont moins de trente ans, une seule est une femme "ce qui en dit long sur les façons de conduire entre hommes et femmes", commente Me Romy Collard. 

L'avocate a contacté les médias marseillais. Pour leur rappeler que cette cause aussi mérite de ne pas être oubliée.   

Les accidents de la route dans les Bouches-du-Rhône en 2020

Ces chiffres proviennent de la base de données accidents corporels de la circulation, administré par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière. On y apprend que les accidents de la route dans les Bouches-du-Rhône sont en baisse depuis 2016.

Ils passent de 4110 accidents en 2016 à à 2265 en 2020.

127 personnes sont mortes sur la route en 2016 contre 83 en 2020. 

L'année 2020 est très particulière puisqu'elle a été ponctuée de deux confinements : du 17 mars au 11 mai et du 30 octobre au 15 décembre.

Le nombre d'accidents fluctue évidemment avec ces périodes de repli chez soi. Le mois d'avril 2020 est particulièrement calme avec 39 accidents au lieu de 260 en septembre. 

Les victimes, qu'elle soient blessées ou tuées, font partie des 18 à 24 ans, immédiatement suivi par les 25-34 ans.