Benfica-OM : retour en quatre actes sur l’imbroglio qui empêche les supporters marseillais d'assister au match

À 48 heures du match aller de quart de finale de Ligue Europa, Benfica annonce l'annulation des billets des supporters marseillais. Cela fait suite à la décision de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône d'interdire la venue des lisboètes pour le match retour le 18 avril. Retour sur cet imbroglio.

Jeudi 11 avril a lieu à Lisbonne le quart de final aller de l'Europa Ligue, qui oppose Benfica à l'Olympique de Marseille. A la suite de la décision de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône d'interdire la venue des supporters lisboètes à Marseille pour le match retour le 18 avril prochain, les dirigeants du club portugais ont pris la décision le 9 avril d'annuler les billets des Marseillais et "exhortent les supporters de Marseille à ne pas se rendre au Portugal et ceux de Benfica à ne pas se rendre en France, afin d’éviter d’éventuelles situations de tension.

France 3 Provence-Alpes vous explique cet imbroglio qui laisse des milliers de supporters dans l'embarras. 

Acte 1 : la préfecture de police des Bouches-du-Rhône informe l'OM de l'interdiction de la venue des supporters lisboètes

Tout commence quand vendredi 5 avril, l’Olympique de Marseille a été informé que le quart de finale retour de Ligue Europa contre le Benfica, prévu le 18 avril, se jouera sans les supporters du club lisboète. Une décision qui émane de la préfecture de police  des Bouches-du-Rhône qui s’apprêtait à prendre un arrêté pour interdire l’accès aux supporters au vélodrome et à ses abords, ainsi que leur présence dans la cité phocéenne.  

Cette décision est motivée par plusieurs raisons. La première, est que Benfica a fait savoir, lors des premiers échanges, que le club serait soutenu par 3 500 supporters, soit la capacité maximale de la jauge réservée aux fans adverses dans l'enceinte du stade Vélodrome. Ensuite, la violence dont peuvent faire part les supporters, que ce soit les No Name Boys ou les Diablos Vermelhos, a également entrainé cette décision. "Les services de renseignement ont identifié plusieurs centaines de supporters lisboètes comme violents. La présence de groupes d’ultras d’extrême droite dans leur rang fait craindre des affrontements avec ceux de Marseille, plutôt catégorisés à gauche de l’échiquier", indique RMC Sport.

Acte 2 : un communiqué commun de l'OM et Benfica

À la suite de cela, les deux clubs ont publié un communiqué en commun, "afin que les quarts de finale de l'UEFA Europa League soient joués en présence des supporters des deux clubs, à la fois lors du match aller, le jeudi 11 avril, à l’Estádio do Sport Lisboa e Benfica, et lors du match retour, le 18 avril, à l'Orange Vélodrome." Dans ce communiqué, ils annoncent "travailler en étroite collaboration pour remplir tous les critères et garantir les standards d'organisation les plus élevés en matière de sécurité." Pour les deux clubs, "le football est un formidable vecteur d'émotion et d'intégration qui perd de son sens sans la présence des supporters qui sont la raison d'être de ce sport. L'OM et le Benfica sont deux clubs historiques du football européen qui ont un immense respect l’un pour l’autre et lancent donc cet appel commun afin que toutes les parties prenantes puissent relever, ensemble, ce défi."

Acte 3 : Benfica annule les billets des supporters marseillais

À moins de 48 heures du match, les dirigeants de Benfica ont pris la décision d’annuler les billets des supporters marseillais, dans un souci de réciprocité. Dans un communiqué, le SLB explique avoir été informé par les autorités françaises de l’interdiction de présence des supporters de Benfica à Marseille pour le match retour des quarts de finale de la Ligue Europa. Une décision "regrettée" par le club "qui remet en question l’esprit des compétitions européennes, les privant de la présence de supporters, essence du football, pour soutenir leurs équipes lors de leurs déplacements sur le terrain adverse, lors de ce quart de finale de la Ligue Europa."

Les dirigeants ont donc décidé d’annuler les billets déjà émis et achetés par les supporters marseillais pour le match de jeudi, de maintenir la vente des billets pour le match de ce jeudi uniquement et exclusivement aux membres du SLB ayant une date d’adhésion au 21 mars 2024. Ils ajoutent que "dans ces circonstances, nous exhortons les supporters de Marseille à ne pas se rendre au Portugal et ceux de Benfica à ne pas se rendre en France, afin d’éviter d’éventuelles situations de tension."

Acte 4 : "une issue favorable encore possible" pour l'OM

Après cette annonce du club lisboète, l’Olympique de Marseille prend à son tour la parole dans un communiqué de presse, après "avoir pris connaissance des informations communiquées ce jour par la Préfecture de police des Bouches-du-Rhône et par le SL Benfica." D’après Rachid Zeroual, qui s’est exprimé sur France Bleu et déjà présent sur place, déjà près de 1 000 – 1 500 supporters sont déjà au Portugal.

L’OM ne baisse pour autant pas les bras et espère une bonne fin. "En lien avec toutes les parties prenantes, notamment l’UEFA, le club considère qu’une issue favorable est encore possible et continue, comme c’est le cas depuis plusieurs jours, de tout mettre en œuvre dans l’intérêt de ses supporters afin qu’ils assistent à la rencontre de jeudi à Lisbonne. L’OM poursuivra ses efforts tant qu’il n’aura pas obtenu gain de cause pour ses supporters dont le comportement a été exemplaire cette saison en coupe d’Europe."

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité