Coronavirus : la dernière performance en mode confinement du "graffeur de lumières" Philippe Echaroux à Marseille

Photographe, "graffeur de lumières", Philippe Echaroux projette ses œuvres dans le monde entier. Chez lui à Marseille pendant le confinement, l'artiste a quand même réussi à réaliser une performance. Il nous envoie un message d’espoir grâce à son habileté à jouer avec les mots.
Une citation virale en cette période de virus, un appel à réfléchir sur soi et sur les autres, l'artiste marseillais Philippe Echaroux, même confiné, trouve le moyen de nous interpeller.

Les mots, le "graffeur de lumière", les maîtrisent et sa dernière œuvre raisonne particulièrement en ces temps de crise.

"Quand la vie râle ou quand la vie ruse, ne succombe pas à l'écho vide du désespoir".
C'est par cette phrase lumineuse, projetée depuis son balcon que Philippe Echaroux invite les confinés à réfléchir.

"Pour réaliser cette œuvre, j’ai encore une fois pris de gros risques, je suis complètement sorti de ma zone de confort, c’était vraiment intense", s'amuse Philippe Echaroux.

Une oeuvre dans le respect du confinement

L'artiste a attendu la tombée de la nuit pour dévoiler durant 30 minutes sa citation. Cette expérience, le Marseillais l'a vécu aussi intensément que ses dernières créations.

"Imaginez un périple d’environ trois mètres cinquante, pour arriver enfin sur ma terrasse. Là, tout doit aller vite. Tu dois faire chauffer la tisane, ne pas oublier de mettre du miel et surtout gérer un gros décalage horaire d’environ zéro minutes. Cette projection a vraiment été la plus grande aventure que j’ai connue".

Voilà pour la petite pointe d'humour. Plus sérieusement, celui qui a écumé les quatre coins de la planète pour mettre en lumière ses performances explique avoir "voulu rester actif et créatif, une petite réflexion avec des jeux de mots".

"J'ai fait ça depuis mon balcon en respectant le confinement. J'ai utilisé un projecteur, des mots en blanc pour que ça ressorte sur le vert de l'arbre puis j'ai attendu la nuit", détaille Philippe Echaroux.

Une collaboration avec Soprano

La projection de nuit dans Marseille, Philippe Echaroux en a déjà réalisé plusieurs notamment lors de sa collaboration avec le chanteur Marseillais Soprano sur "Saïd et Philippe, minots de Marseille".

"C'est une rencontre artistique grâce à des contacts communs. Nous possédons de nombreuses valeurs communes, nous sommes partis de rien. Lui c'est l'audio, moi le visuel alors je lui ai demandé de choisir trois phrases de ses textes pour les projeter dans la ville puis je les ai rendues visuelles", affime Philippe Echaroux.

Une phrase a notamment été projetée sur le toit du Corbusier.

"Il rêvait de faire un concert au Vélodrome alors je devais avoir le stade derrière. J'adapte le lieu en fonction de ses mots. Puis quand j'ai trouvé le lieu, je m'installe au bon endroit, puis le soir venu je projette".
Voir cette publication sur Instagram

Première Œuvre issue de notre projet commun avec @sopranopsy4 ! Pour voir la vidéo aller dans ma Bio ! @villemarseille @tdg_photography @artfivegallery @kaptive_agency @madeinmarseille_officiel @laprovence @20minutesfrance @benjaminvclouseau #NousSommesMarseille

Une publication partagée par Philippe Echaroux (@philippe_echaroux) le

Réalisé l'an dernier, ce projet de street art a été marqué par un échange "très fort" entre les deux artistes dans une vidéo mais également des projections de visages dans des lieux emblématiques de la cité phocéenne.

"Les photos c'est comme les textes, j'adapte ma technique avec mon matériel spécifique. Par exemple sur chaque lieu choisi, il ne faut pas qu'il y est trop d'éclairage ambiant", suggère l'artiste Marseillais.
Voir cette publication sur Instagram

@sopranopsy4 @villemarseille @artfivegallery @kaptive_agency @madeinmarseille_officiel @laprovence

Une publication partagée par Philippe Echaroux (@philippe_echaroux) le

Une autre citation mettant en exergue la plume du chanteur français préféré des jeunes a illuminé Massilia avec en fond Notre-Dame de la Garde.

"Le placement pour la projection est capitale, cela concentre une grande partie du travail".
Voir cette publication sur Instagram

Dernière œuvre du projet avec @sopranopsy4 merci à tous pour ces retours aussi nombreux que chaleureux ! @villemarseille @madeinmarseille_officiel @artfivegallery @kaptive_agency @pnytecheurope

Une publication partagée par Philippe Echaroux (@philippe_echaroux) le

Philippe Echaroux revient d'Inde où ont été tirées ses dernières photos sur les réseaux sociaux. Le performeur voyage à travers le monde, de Cuba à la forêt amazonienne du Brésil à l'Inde et bien sûr en Europe.

À chaque fois, l'artiste effectue des performances remarquées comme au cœur de Central Park à New York (Etats-Unis) ou dans sa ville, à Marseille. Sur des arbres, des bâtiments, des ponts, les choix sont toujours différents.

"À Marseille, c'est facile de choisir les lieux de projection car je connais par cœur. Par contre à l'étranger, que je bosse seul ou à plusieurs, nous avons une journée de repérage et le soir nous projetons l'œuvre".
Voir cette publication sur Instagram

New Street Art 2.0 Piece @artnet @graffitiartmagazine @streetart_official @streetartnews @streetartglobe @artobserved @cultured_mag @azartgallery @artefr

Une publication partagée par Philippe Echaroux (@philippe_echaroux) le

Zinédine Zidane devant son objectif

L'ancien kite-surfeur professionnel, dont les portraits et les projections sont connus à travers le monde, a démarré par la photo.

Philippe Echaroux en a réalisé des milliers notamment une dont "il garde un souvenir particulier, qui fut un honneur" celle d'un icône français et marseillais, le footballeur Zinédine Zidane.
Voir cette publication sur Instagram

Dans @polkamagazine un honneur !

Une publication partagée par Philippe Echaroux (@philippe_echaroux) le

Outre le champion du Monde 1998, le Marseillais de 36 ans a photographié de célèbres joueurs de rugby comme Sébastien Chabal.

Un livre retraçant son parcours

Une fois la période de confinement levée, Philippe Echaroux a déjà de "nombreux projets" dont une "exposition au Mans cet été si nous sommes sortis de cette crise sanitaire".

Et pour la rentrée, l'artiste prépare la sortie d'un livre sur son histoire "Des bancs de l'école au Musée".
Philippe Echaroux en quelques dates 
  • 2002 à 2008 : Kite-Surfeur professionnel
  • 2009 : démarre la photo, lauréat du concours international de photographie Dior et du concours national FNAC
  • 2014 : invente le Street ART 2.0 présenté dans 57 pays. Exposition sur le Vieux-Port de Marseille.
  • 2015 : ambassadeur de la ville de Marseille, auteur de "Gueules de Rugby", participe à la biennale d'Art Contemporain de La Havane.
  • 2016 : réalise une première mondiale en créant des oeuvres de Street ART dans la forêt amazonienne.
  • 2017 : le musée du Street Art français intègre certains de ses oeuvres.
  • 2018 : réalise une oeuvre au coeur de Central Park à New York.
  • 2019 : réalise la campagne de publicité de la Fondation Abbé Pierre, collabore avec le chanteur marseillais Soprano sur "Saïd et Philippe, minots de Marseille".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : envie d'évasion santé société covid-19 art culture