Déconfinement : Emmanuel Macron à l'écoute des maires de Paca... pour trouver des solutions

Le président Emmanuel Macron a rencontré en visio-conférence plusieurs maires de France, parmi lesquels ceux de Marseille, de Nice et de la Seyne-sur-Mer. Un président à "l'écoute de ses élus", pour préparer le déconfinement.

Illustration. Visio-conférence d'Emmanuel Macron avec les membres du Conseil européen, le 23 avril 2020. Le président s'est aussi entretenu avec des maires sur le déconfinement.
Illustration. Visio-conférence d'Emmanuel Macron avec les membres du Conseil européen, le 23 avril 2020. Le président s'est aussi entretenu avec des maires sur le déconfinement. © IAN LANGSDON / POOL / AFP
La mise en place du déconfinement nécessite une véritable concertation qu'Emmanuel Macron a engagée auprès des maires ce jeudi 23 avril.

L'entretien s'est déroulé par visio-conférence. Quatre élus de Provence-Alpes-Côte d'Azur étaient conviés :

Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille ; Christian Estrosi, maire de Nice ; David Isnard, maire de Cannes et Marc Vuillemot, maire de la Seyne-sur-Mer et président de l’association "Villes et banlieues".

Vers un déconfinement adapté à la réalité locale

Avec le déconfinement prévu au 11 mai prochain, le rôle des maires va prendre toute sa place.

Il  n'est plus question d'un déconfinement par région comme cela avait été évoqué, mais de mesures adaptées aux réalités locales, prises de manière progressive.

"Une des propositions sur lesquelles travaille le gouvernement c'est d'adapter les mesures de déconfinement à la réalité, la réalité d'une école, la réalité d'un quartier, la réalité d'une commune, d'un département ou d'une région", a expliqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, a salué "l'écoute" du président de la République.
"Il a été attentif à tous les maires, ceux des grandes villes comme des zones moins peuplées", souligne-t-il.

Cette prise en compte des réalités locales plaît aux élus locaux comme Marc Vuillemot, maire de la Seyne-sur-Mer. Surtout "lorsqu'elle s'accompagne de la volonté du président de disposer d'un cadre national garantissant une parfaite sécurité sanitaire en vue de la réouverture". Un cadre rassurant pour des communes comme la Seyne-sur-Mer qui abritent des quartiers prioritaires, aux populations fragiles. Toutefois, Marc Vuillemot tient à préciser :

"Nous voulons bien remplir notre rôle, mais nous ne voulons pas faire n'importe quoi. Il faut que l'Etat nous accompagne, et que nous avancions véritablement ensemble dans cette démarche".

Des secteurs plus ou moins touchés par le Covid-19

Le déconfinement débutera le 11 mai et concernera l'ensemble du pays, en fonction des réalités locales. Tous les âges et la plupart des secteurs d'activités sont concernés. Celui de la restauration devra encore attendre.

L'hypothèse d'une sortie de confinement différenciée selon les zones géographiques avait la faveur de certains élus locaux.

Mercredi le président de la République avait évoqué l'idée qu'"il y aura peut-être sur certains sujets des étapes qui pourront se passer plus vite dans les endroits où le virus ne s'est pas répandu". En Paca par exemple, l'épidémie de Covid-19 ne s'est pas déployée de la même manière dans le département des Bouches-du-Rhône (1059 hospitalisations, 219 décès) que dans les Alpes de Haute-Provence (31 hospitalisations, 7 décès).

Quant aux déplacements d'une région à l'autre, les choses ne sont pas encore bien définies. Des précisions seront apportées mardi prochain, lors de l'allocution du Premier ministre.

Un plan d'insertion pour 100.000 personnes

La reprise de l'activité économique dépend des mesures de déconfinement. Ainsi, le retour à l'école des enfants permettra à de nombreux parents, alors en garde de leurs tout-petits, de retourner à leur activité professionnelle. 

Le maire Jean-Claude Gaudin a annoncé que "Marseille participera au dispositif économique de l'Etat. La ville participera pour deux millions d'euros au fonds du Conseil départemental pour les TPE et PME, et délivrera deux autres millions d'euros pour le fonds de soutien régional". Pour le président de l'association "Villes et banlieues" Marc Vuillemot, il est nécessaire de relancer de nouvelles perspectives d'insertion pour les familles en difficulté.

"Beaucoup d'entre elles ont faim aujourd'hui. Leur situation déjà précaire a été aggravée par le confinement. Nous réclamons un plan d'accompagnement à l'emploi pour 100.000 personnes. Il offrirait une possibilité d'insertion professionnelle quasi-immédiate".

La réflexion pour l'après-confinement est désormais en marche dans tous les territoires. Les choses devront se faire d'une manière progressive, rappelle l'exécutif.

Pour éviter une deuxième vague de l'épidémie.
 Le poids économique du déconfinement se chiffre désormais : il a entraîné 3,2 millions d’arrêts de travail.

Que l'on peut détailler ainsi :
- 600.000 arrêts maladie pour les malades du Covid-19.
- 400.000 demandes d’arrêts de travail dérogatoires (pour maladies chroniques, femmes enceintes) dont 8 sur 10 ont été satisfaites
- 2,3 millions d’arrêts pour garde d’enfants

Le coronavirus va faire exploser le déficit de la Sécurité Sociale à plus de 41 milliards d'euros, selon le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie déconfinement société coronavirus/covid-19 santé