Élections législatives 2024 : la secrétaire d'Etat Sabrina Agresti-Roubache, l'amie du couple Macron, repart en campagne à Marseille

Plus sur le thème :

Sabrina Agresti-Roubache a officialisé sa candidature aux élections législatives à Marseille. Proche d'Emmanuel et Brigitte Macron, la secrétaire d'État à la Ville défendra les couleurs de la majorité présidentielle face au Rassemblement national.

Sabrina Agresti-Roubache est de nouveau candidate aux élections législatives sous les couleurs de la majorité présidentielle, "Ensemble", dans la 1ʳᵉ circonscription des Bouches-du-Rhône (10,11,12e arrondissements de Marseille). Ce mercredi 12 juin, la secrétaire d'Etat à la Ville était dans la cité phocéenne pour le lancement de sa campagne, une campagne éclair avant les scrutins des 30 juin et 7 juillet prochains. Seul petit "hic" : aucune référence au parti de la majorité présidentielle sur les affiches officielles. Une erreur qui sera vite corrigée, selon l'intéressée. De nouvelles impressions sont prévues avec la mention "Ensemble".

"L'extrême droite est mon ennemie, mais l'extrême gauche aussi"

Sabrina Agresti-Roubache se lance un défi de taille : faire mieux que le Rassemblement national, pourtant favori sur le papier. La liste menée par Jordan Bardella est en effet arrivée en tête des élections européennes en obtenant plus de 43% des suffrages dans le 11ᵉ arrondissement, soit son plus haut score à Marseille. 

En 2022, déjà, la femme politique originaire de la cité des quartiers Nord Felix Pyat avait été élue de justesse dans la 1ʳᵉ circonscription des Bouches-du-Rhône. Elle l'avait emporté avec 50,79% des voix face à la candidate du Rassemblement national Monique Griseti. 

"Les chiffres, je les ai regardés, déclare-t-elle devant les caméras de France 3 Provence-Alpes. Je ne peux pas accepter que la circonscription tombe à l'extrême droite. Marseille mérite autre chose comme destin. Moi, je me rappelle l'histoire des extrêmes, il faut que chacun et chacune se le rappelle."

L'extrême droite est mon ennemie, mais l'extrême gauche aussi.

Sabrina Agresti-Roubache

à France 3 Provence-Alpes

"Que proposent-ils ? Sortir un drapeau palestinien dans l'hémicycle ? Ne pas reconnaître le Hamas comme groupe terroriste et même le présenter comme un groupe de résistants ? Il y a une vraie manipulation de LFI".

Une déclaration qui fait écho au discours d'Emmanuel Macron ce mercredi. Le chef de l'Etat a déclaré que "l'extrême gauche" s'était "rendue coupable d’antisémite, [de] communautarisme, d’antiparlementarisme" durant la campagne européenne.

En cas de 2ᵉ tour RN vs LFI, la macroniste de 47 ans appellera-t-elle à voter contre le Rassemblement national ? Didier Parakian, son colistier, botte en touche : "Nous n'envisageons pas la défaite". C'était pourtant ce qu'avait fait Thibault Rosique, candidat de la Nupes en 2022. 

De LR à LREM

La carrière politique de Sabrina Agresti-Roubache a débuté officiellement en 2021, alors qu'elle est élue à la Région sur la liste du président ex-LR de la région Paca, Renaud Muselier. Deux ans plus tôt, pendant les élections municipales, elle a accueilli Brigitte Macron pour une "visite privée" dans la ville, avait alors rapporté Le Monde. Ainsi, l'auteure du livre "Moi, la France, je la kiffe" a œuvré au rapprochement des élus Les Républicains et La République En Marche.

Le 20 juillet 2023, après le remaniement, Sabrina Agresti-Roubache est nommée secrétaire d'État chargée de la Ville au sein du gouvernement d'Élisabeth Borne. Sur les réseaux sociaux, son "amie" Martine Vassal, présidente LR de la métropole Aix-Marseille-Provence, la félicite alors :

"À paris, on me reprochait d'être la ministre de Marseille, déclare ce mercredi la proche du couple Macron. Je suis toujours la ministre de la Citoyenneté, de la Ville et de Marseille en grand. Je n'ai pas changé."

Quant au plan "Marseille en Grand", annoncé en septembre 2021 par Emmanuel Macron et dont la ministre est en charge, le site Marsactu a dévoilé mardi les conclusions du rapport définitif de la Cour des comptes. Un rapport accablant, mais Sabina Agresti-Roubache s'en défend : "On ne peut pas me reprocher la situation de Marseille ni au Printemps Marseillais. J'ai été nommée en juillet, je ne peux pas aller plus vite. Aux élus locaux de prendre leurs responsabilités."

Avec Etienne Bonnot / FTV

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité