Femme retrouvée morte à Marseille : ce que l'on sait du "huis clos familial" qui a conduit au drame

Un homme de 72 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire après la découverte du corps de sa fille de 36 ans, qui vivait reclus avec ses parents dans un immeuble du boulevard Chave (5e).

Un homme de 72 ans a été mis en examen vendredi 7 avril 2023 à Marseille, au terme d'une garde à vue, à la suite de la découverte du corps sans vie de sa fille âgée de 36 ans au domicile familial, boulevard Chave, dans le 5e arrondissement de Marseille, apprend France 3 Provence-Alpes auprès du parquet de Marseille. Le placement en détention provisoire du mis en cause a été requis.

Le parquet de Marseille a ouvert une information judiciaire à l'encontre d'Antoine B. des chefs criminels de "délaissement de personne incapable de se protéger suivi de mutilation ou infirmité permanente, délaissement de personne incapable de se protéger suivi de mort, séquestration suivi de mort, séquestration suivi de mutilation ou infirmité permanente". Voici ce que l'on sait de cette affaire.

  • Un appel téléphonique passé à 2 h 50

Dans la nuit de mercredi 5 à jeudi 6 avril, à 2 h 50, les secours ont été appelés pour le décès à son domicile d’une femme. Cet appel a été passé par le père de la victime, selon une source policière. Le médecin des marins-pompiers dépêché sur place a délivré un certificat de décès, "avec toutefois un obstacle médico-légal", rapportent les enquêteurs, en raison "des conditions de vie particulièrement insalubres" découvertes sur place.

  • Détritus, excréments et désordre

Toujours selon une source policière, non confirmée par le parquet de Marseille, le cadavre de Sandra gisait sur un matelas posé à même le sol, au milieu des détritus et des excréments. L'appartement était dans un état de désordre "particulièrement remarquable", rapportent les enquêteurs. Qui font état de l'aspect "décharné" du corps de la victime, visiblement "suite à une malnutrition importante". Le corps ne présenterait pas de traces de violences.

  • La mère hospitalisée dans un état "extrêmement dégradé"

La mère de la jeune femme et compagne du mis en cause, âgée de 74 ans, qui se trouvait également dans l’appartement familial, a été transportée à l’hôpital dans un état physique et psychique extrêmement dégradé, précise le parquet de Marseille. Le père "se chargeait de les nourrir mais les empêchait de sortir de l’immeuble", précise une source policière, non confirmée par le parquet. Alitée, la mère "ne sortait plus depuis un certain temps", rapporte la même source.

  • Un homme connu dans le quartier

L'homme est connu dans le quartier à proximité de La Plaine, où il promène son chien plusieurs fois par jour, rapportent des voisins, sidérés. Ces voisins croisaient parfois aussi la mère dans la rue, plus rarement la fille. Certains riverains, rencontrés par France 3 Provence-Alpes vendredi 7 avril, pensaient que l'homme vivait seul.

  • Encore beaucoup de questions

En l’état des investigations, "le parquet de Marseille ne confirme pas l’ensemble des informations diffusées par certains médias relatives à cette affaire." Les investigations qui seront menées dans le cadre de la commission rogatoire "auront pour objet de déterminer les conditions d’existence des deux victimes présumées et préciser les circonstances ayant conduit au décès de l’une d’entre elles et aux graves séquelles que présentent la seconde." "Il est difficile de bien cerner les rôles de chacun dans ce qui ressemble à un huis clos familial", analyse une source policière.

(avec Sophie Neumayer et Sonia Boujaama)

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité