• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Immeubles effondrés à Marseille : les habitants de 18 immeubles de la rue d'Aubagne regagnent leurs domiciles

18 immeubles des rues d'Aubagne et Jean-Roque peuvent être réintégrés / © Valérie Vrel
18 immeubles des rues d'Aubagne et Jean-Roque peuvent être réintégrés / © Valérie Vrel

Un mois après l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille, certains habitants peuvent enfin regagner leurs domiciles. 18 immeubles des rues d'Aubagne et Jean-Roque peuvent être réintégrés

Par Ludovic Moreau

Depuis l'effondrement des immeubles 63 et 65 de la rue d'Aubagne, le 5 novembre dernier, 48 immeubles ont été évacués pour des raisons de sécurité, uniquement dans le secteur de la rue d'Aubagne. 446 personnes ont été contraintes de quitter leurs domiciles, ils sont hébergés depuis un mois dans une trentaine d'hôtels de la ville ou chez des proches. 
Depuis ce matin, environ 70 personnes ont pu regagner leurs appartements. La mairie de Marseille a autorisé la réintégration de 18 immeubles de la rue d'Aubagne et de la rue Jean-Roque.
Les immeubles concernés sont les numéros 2, 48, 49, 52, 53, 54, 55, 56, 57 et 58 de la rue d'Aubagne et les numéros 13, 15, 18, 20, 23, 25, 27 et 29 de la rue Jean-Roque.


Le point sur la situation après le drame du 5 novembre

Selon le dernier point réalisé par la mairie de Marseille, sur la situation après le drame, 199 immeubles ont été évacués à Marseille, soit 1561 personnes évacués. Parmi tous ces sinistrés, 1259 sont actuellement hébergés dans 31 hôtels de la commune.
A la suite de l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne, de nombreux habitants à Marseille ont été inquiets sur l'état de leurs logements. 817 signalements ont été enregistrés par la ville. 569 visites ont été effectuées, mais sur l'ensemble de ces visites, 368 n'ont pas abouti à une procédure de péril grave imminent.
Pour le moment 43 arrêtés de péril grave imminent ont été publiés par la mairie, mais 40 rapports d'expertises sont encore en attente de complément d'information
 

Sur le même sujet

Interview d'Eric Pauget, député LR des Alpes-Maritimes

Les + Lus