"Le vrai boss de Marseille" : comment la CMA CGM et Rodolphe Saadé ont assis leur emprise sur la ville

Le directeur de la rédaction de "La Provence" est revenu et les journalistes ont cessé leur grève. Une charte d'indépendance éditoriale et de déontologie va être promulguée. Une sortie de crise pour le quotidien, racheté en 2022 par Rodolphe Saadé, patron de la CMA-CGM, le nouvel homme fort de Marseille.

Rodolphe Saadé a repris les commandes du paquebot CMA-CGM à la mort de son père Jacques, en juin 2018. Depuis, l'héritier a fait fructifier les affaires familiales. A 54 ans, l'armateur est la 8e fortune de France. Plutôt discret, le milliardaire s'est retrouvé sous les feux des projecteurs ces derniers jours après la mise à pied du directeur de la rédaction de La Provence, racheté par le groupe en 2022. A l'origine du litige, la Une jugée "ambiguë" par le propriétaire lui-même et ayant mis en lumière une ingérence qui inquiète les journalistes.

Ce rachat, après la mort de Bernard Tapie a donné lieu à une bataille d'influence et judiciaire entre deux grandes fortunes : Rodolphe Saadé et Xavier Niel, le patron de Free, déjà actionnaire du journal. Après un an de lutte acharnée, le puissant armateur l'a emporté en jouant de sa superpuissance financière, et d'un arbitrage au sommet de l'Etat. Le "deal" avec Niel, qui lui cède ses parts, est scellé dans l'avion présidentiel entre Paris et Alger, le 25 août 2022, a révélé Challenges. Avec La Provence, Rodolphe Saadé, jusque-là méconnu du grand public, fait une entrée remarquée sur le devant de la scène. 

"Plus puissant que le maire"

Lancée avec un hangar et quatre collaborateurs par Jacques Saadé fuyant la guerre civile au Liban, la CMA-CGM compte aujourd'hui près de 150 000 collaborateurs dans 160 pays et pèse 43 milliards d’euros de chiffres d'affaires, pour un bénéfice final de 3,4 milliards d’euros en 2023. Des profits records depuis 2022, boostés par la crise sanitaire mondiale du Covid. Aucune entreprise française n’a jamais affiché de tels résultats, pas même LVMH, ni Total, selon un article de Forbes, titrant : "Rodolphe Saadé, le milliardaire qui monte". "Un homme d’une grande influence internationale qui entend bien ne pas s’arrêter là en 2024", écrit le journaliste de Forbes. 

Arrivé à Marseille à l'âge de 8 ans, l'homme d'affaire franco-libanais est très attaché à sa ville d'adoption. Au moment du rachat du quotidien régional, Libération le décrit même comme "le vrai boss de Marseille". "Plus puissant que le maire ou le président du conseil régional."

Premier employeur de la ville, mécène d'associations dans les quartiers comme des grands évènements organisés dans la cité, principal sponsor de l'OM, le groupe CMA-CGM occupe une place de plus importante dans le paysage marseillais. Au sens propre comme au figuré, avec sa Tour, qui domine le port et l'entrée de la ville. 

La Tour, symbole de la toute puissance des Saadé

Evoquant la proue d'un navire par ses entrelacs de lignes tendues et ses courbes, c'est la plus haute tour de Marseille. Symbole de la puissance de la famille Saadé, troisième armateur mondial. Depuis sa construction en 2010, le gratte-ciel, siège social de la compagnie, est aussi devenu l'un des emblêmes de Marseille. Au coeur du quartier d'affaires Euroméditerranée, face à la rade, l'oeuvre de l'architecte Zaha Hadid culmine à 147 mètres. A la demande du maire de l'époque, Jean-Claude Gaudin, Jacques Saadé a consenti à ce que sa tour ne dépasse pas l'emblême de la ville, la basilique Notre-Dame-de-la-Garde, plus haut point de la ville avec ses 154 mètres.

Cet ensemble de bureaux avec vue imprenable sur le Grand Port de Marseille, rassemble plus de 2 700 salariés du groupe auparavant dispatchés sur sept sites. Miroir de l'organisation pyramidale du groupe, on retrouve au sommet, la direction, dont l'accès se fait par un ascenseur privé. Rodolphe Saadé a installé son bureau au 30e des 33 étages.

"Le patron préféré de Macron"

Selon Le Monde, Emmanuel Macron y est "toujours le bienvenu" "lors de ses déplacements à Marseille". C'est même le "patron préféré" du président, son "chouchou", "pas de séjour à Marseille" sans qu'il "s'arrête à la Tour CMA-CGM", affirme BFMTV.

Et le président Macron se rend ainsi au siège du groupe, situé Boulevard Jacques Saadé. L'artère du quai d'Arenc, s'étirant du Mucem jusqu'à la Tour CMA-CGM, a eté renommée après le décès du fondateur du groupe. 

"Vous avez honoré un homme et une entreprise en donnant son nom à ce boulevard. Jacques Saadé a montré que depuis la France, depuis cette ville, nous pouvions entreprendre, construire un leader mondial. Il a donné à ce pays l’un de ses plus beaux fleurons industriels. Soyez assurés que nous resterons toujours engagés pour Marseille, pour un territoire toujours plus dynamique, plus fort et plus solidaire", avait alors déclaré l'héritier de l'empire Saadé à l’inauguration du boulevard, en présence de nombreuses personnalités et élus locaux ainsi que de l’ambassadeur du Liban en France.

Prise d'influence dans l'OM

Parce qu'elle en a les moyens, la CMA-CGM peut s'offrir un autre symbole de la ville : l'OM. La rumeur du rachat du club par le groupe court depuis des années, toujours démentie par l'intéressé, qui se contente de devenir le principal sponsor du club après le retrait de Cazoo. "Non. Mon intention est de mettre ce partenariat en place, de le développer avec l’OM et je pense que ça fait beaucoup de sens. Pour l’OM, c’est un partenariat de stratégie qu’on met en place et je pense que ça suffit", a assuré Rodolphe Saadé sur France Inter le 15 novembre 2022. Même si dans Libération, Stéphane Richard, ancien PDG d’Orange, se dit persuadé qu'il nourrit des ambitions plus grandes : "Rodolphe Saadé est sincèrement attaché à la ville. Il est présent, il met de l’argent. Il finira par racheter l’Olympique de Marseille..."

Le nouveau sponsor s'affiche sur la face avant des maillots de toutes les équipes olympiennes depuis le 1er juillet 2023, pour deux saisons au moins, contre un apport, resté confidentiel, estimé entre sept et dix millions d'euros par an. Sa participation lui donne aussi droit à une visibilité dans l’enceinte de l’Orange Vélodrome, au centre d’entrainement Robert Louis-Dreyfus "La Commanderie", à l’OM Campus et sur l’écosystème média et digital, précise le club.

"Ce partenariat nous donne de la visibilité, de la notoriété, mais ce n'est pas ce que l'on recherche. On cherche juste à avoir un impact positif sur le territoire. Cet accord va au-delà d'un sponsoring", a expliqué Tanya Saadé Zeeny, directrice générale déléguée du groupe CMA CGM et présidente de la Fondation éponyme dans La Provence.

Ainsi, au-delà du sponsoring, la Fondation CMA-CGM s'implique avec l'OM Fondation dans la rénovation des city stades, des terrains multisports, pour permettre aux "enfants de quartiers prioritaires de pratiquer le sport autant qu'ils le veulent". Trente milles euros ont été versés pour ce premier projet d'une série incluant les city stades de la Belle de Mai, du parc Corot, des Arnavaux et du Roy d'Espagne, devant être livrés avant les JO 2024.

Mécène incontournable des grands événements

"C'est dans notre ADN de vouloir être utile aux autres", a souligné, dans La Marseillaise, Tanya Saadé Zeenny, qui a repris en 2019 la fondation créée par sa mère en 2005, ajoutant : "la CGM-CGM, ce n'est pas que du business". La fondation s'engage dans des actions humanitaires (Banque Alimentaire, Secours Populaire, Resto du coeur, etc. ) et éducatives en soutenant des associations de Marseille et par le biais de son incubateur social au service de l'éducation, Le Phare.

Premier employeur privé de la ville avec ses 4 000 employés, partenaire incontournable dans les quartiers défavorisés, la CMA-CGM met aussi la main à la poche pour financer des évènements majeurs dans la ville. Sans un coup de pouce de ce généreux mécène, près de 100 000 Marseillais auraient été privés de la déambulation du pape François dans sa papamobile sur le Prado, le 213 septembre 2023.

Partenaire officiel de Paris 2024, le groupe est sponsor de l’arrivée de la flamme olympique par le voilier Belem à Marseille. "Quand il y a un grand événement mondial dans la ville, tous les Marseillais doivent pouvoir en profiter", a résumé Damien Denizot, directeur de cabinet de Tanya Saadé Zeenny, dans Le Marin.

A La Provence, qui couvrira probablement largement l'arrivée de la flamme dans le Vieux-Port, les journalistes, s'ils ont voté une reprise du travail, attendent toujours des garanties d'indépendance de la part du propriétaire. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité