les Minettes en goguette : la marque de vêtements post-cancer du sein, lancée à Marseille

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Joan .

Depuis juin dernier, la Marseillaise Véronique Gonzalez propose des vêtements avec des matériaux éco-responsables et adaptés aux femmes qui ont un cancer du sein. Sa marque, les Minettes en goguette, inspirée par son histoire personnelle a le vent en poupe.

Les Minettes en goguette, un nom pétillant qu'a choisi la Marseillaise Véronique Gonzalez pour sa marque de vêtements qui s'adresse aux femmes qui ont subi un cancer du sein. Pour elle, tout est parti d'un constat  : " il n'existe quasiment pas aujourd'hui d'habits post-cancer qui soient adaptés et jolis."

Véronique Gonzalez, s'en est très vite rendue compte, très personnellement. En 2016, elle découvre qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Elle suit un traitement et prend la décision de faire une mastectomie. 

Partir de son histoire personnelle pour aider les autres

L'ablation de son sein lui laisse alors une cicatrice sous l'aisselle gauche et ses nombreux traitements lui causent des effets secondaires. Elle doit apprendre à vivre avec de nouvelles contraintes pour son corps : la sensibilité de sa peau, le gonflement de ses bras et la transpiration importante.

"Au quotidien, avec les vêtements que je mettais, j'avais l'impression que les gens voyaient que j'avais un sein en moins, et j'avais peur que ma prothèse s'en aille. Véronique rajoute : Je ne pouvais plus porter ma garde robe, le contact avec les tissus étaient désagréables, ça me grattait et les coupes n'étaient plus adaptées". 

Au départ, elle pensait être "douillette" et la seule à avoir ces problèmes pour se vêtir. Mais elle ne se démonte pas pour autant. En 2020, elle prend quelques cours de couture et se fabrique un haut. " C'était vraiment du bricolage au départ " dit-elle en riant. 

Elle décide de porter sa création pour se rendre à un rendez-vous médical chez une oncologue qui la suit. " Et là, c'est le déclic. Elle me demande d'où vient mon vêtement et me dit que c'est super et que je ne suis pas la seule à avoir ces problématiques et elle me conseille d'échanger avec ses patientes."

Aussitôt dit, aussitôt fait. Véronique passe son après-midi dans la salle d'attente et découvre qu'elle n'est pas la seule à devoir faire face à cette difficulté. " En fait on était toutes dans ce cas là ! Mais on en parlait pas, ce ne sont pas des problèmes qui se voient et on ne veut pas replonger nos proches dans la maladie" déclare t-elle. 

Coup du hasard, une quinzaine de jours plus tard, elle décide de quitter son poste qu'elle occupe dans la création.

Une marque éco-responsable 

Elle se lance, suit une initiation au stylisme et créée en juin 2022 les Minettes en goguette. Les premiers produits sortent sur le site internet : blouses, petits hauts et robes amples. "Je sélectionne des matières textiles qui ne soient pas nocives pour l'environnement et douces et agréables pour la peau" raconte la quarantenaire. 

Par la suite, elle développe aussi des maillots de bain et des sous-vêtements agréables et pratiques qui s'agrafent par devant. 

Elle choisi ses tissus car ils ont de nombreuses propriétés régénérantes et cicatrisantes et anti-déperlants et respirants. Et depuis peu, elle expérimente le SeaCell, un coton à base de fibres biodégradables et d'algues marines. Les nouveaux produits qui sortent à la mi-octobre, tunique et tee-shirt manches longues, sont réalisés dans cette matière. 

Et si le confort est important, l'esthétisme l'est aussi pour la créatrice ! "On peut dire que sur le moral cette maladie est très dure. Elle insiste:  Ma volonté c'était aussi de montrer aux femmes qu'on peut trouver de beaux vêtements et se faire belle. C'est aussi hyper important pour le moral".

Pour la suite, Véronique Gonzalez ne manque pas d'idées. Elle souhaite développer des pièces plus chaudes pour l'hiver et même faire des co-créations avec d'autres personnes. " J'ai eu de nombreux retours très positifs de femmes qui me disaient :" Enfin on pense à nous !" Mais j'ai été aussi surprise car des femmes enceintes, des hommes qui avaient été opérés et avaient des cicatrices m'ont aussi contacté car ils étaient intéressés par mes vêtements". 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité