Marseille : un adolescent "miraculé" après un saut raté de 15 mètres dans l'eau depuis des rochers

Un jeune homme de 17 ans a sauté lundi 20 juillet dans l'eau du haut de la Corniche Kennedy. Un "spot" bien connu à Marseille pour cette activité risquée. Les Marins-Pompiers passaient par là, à bord d'une vedette de la SNSM. Ils ont vu le saut, et secouru le casse-cou. 
L'accident se passe autour de 15 heures. Un groupe de jeunes s'amuse à sauter en mer. L'un d'entre eux tombe, à "plat dos", à moitié sur les rochers, à moitié dans l'eau. 15 mètres plus bas que la Corniche.

Au même moment, une équipe des Marins-Pompiers longe la côte à bord de la "Bonne-Mère", la vedette de la SNSM. Les secouristes voient le jeune homme sauter et vont vers lui. Une autre embarcation des pompiers, plus légère, les rejoint, pour pouvoir accoster.

Le jeune homme, âgé de 17 ans, est conscient et se plaint d'un traumatisme dorsal. Les pompiers le calent dans un matelas pour qu'ils soit totalement immobilisé.

Ils le transportent jusqu'à l'entrée de l'anse de la Fausse Monnaie. Là, le blessé est pris en charge par une ambulance et transporté à l'hôpital de la Timone. Son pronostic vital n'est pas engagé. Pour les pompiers, "c'est un miraculé". Les sauts de la Corniche sont absolument interdits et pratiqués depuis longtemps, voire depuis toujours.

Sur le spot du marégraphe et celui des Prophètes, de nombreux blessés sont secourus. Les chutes peuvent être dramatiques, et parfois mortelles.   

Depuis l'arrêté municipal de 2006 qui interdit les plongeons sauvages sur le littoral marseillais, une dizaine d'accidents ont été recensés dont un mortel en 2017. L'homme, âgé de 34 ans, avait plongé des rochers de Malmousque.

Lionel Franc, 56 sauts de 30 mètres

Lionel Franc est recordman du monde du plongeon de tête. Lundi, il a posté sur Facebook la vidéo de son 56e saut d'entraînement à 30 mètres, dans les calanques de Cassis.Lionel Franc a des centaines de plongeons à son actif. Pourtant, à chaque saut, la peur l'accompagne.

"J'ai toujours peur. La peur, c'est très important. C'est vraiment quelque chose qui doit t'accompagner en permanence. La peur est ton amie, aime-t-il répéter aux jeunes qui viennent admirer ses exploits. Quand tu n'as plus peur, c'est qu'il y a quelques choses qui cloche..."

A Port-Miou, les sauts sont autorisés. Le plongeur de haut vol y fait régulièrement de la prévention.

"Moi je ne suis personne pour interdire quoi que ce soit, reconnaît-il, ce n'est pas à moi de le faire, par contre j'ai toute l'expérience pour pouvoir leur donner le protocole préventif, la technique, et essayer de faire en sorte qu'il risque le moins possible d'avoir un accident".
 

Je suis champion du monde, je peux donner des conseils, je ne suis pas là pour faire la police.

Lionel Franc

Lionel Franc détient le record du monde du saut de falaise, tête en avant, à 37 mètres. Il s'est fixé un objectif à 38 mètres.

Pour reculer encore et encore, l'impossible, Lionel Franc plonge, chaque jour, été comme hiver. Depuis plus de 35 ans, il s'entraîne comme un professionnel. Sans jamais négliger la sécurité. Il y a toujours quelqu'un qui l'attend pour le réceptionner dans l'eau. Au cas où. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers accident mer