Trottinettes électriques : Marseille ne retient que 3 opérateurs sur 5, Lime se retire

Les salariés de l'opérateur historique de trottinettes électriques Lime ont manifesté devant la mairie de Marseille. / © TOMASELLI Antoine/MaxPPP
Les salariés de l'opérateur historique de trottinettes électriques Lime ont manifesté devant la mairie de Marseille. / © TOMASELLI Antoine/MaxPPP

Les trottinettes électriques ont séduit les Marseillais. Mais pour en finir avec "l'anarchie", la ville de Marseille a limité à trois le nombre d'opérateurs : Bird, Circ et Voï. Ecarté, l'opérateur historique Lime retirera ses trottinettes le 21 octobre.

Par Ludovic Moreau (AV)

Les trottinettes Lime restertont en service jusqu'au 21 octobre. Elles avaient été les premières à s'installer sur le pavé marseillais. "Notre déception est à la hauteur de l'engagement et des efforts déployés par la société depuis 9 mois" déclare l'opérateur dans un communiqué.

Dans ce laps de temps, la trottinette électrique a séduit 403.543 Marseillais. Preuve de ce succès et du marché économique que représente ce moyen de locomotion, six opérateurs avait investi la ville. 

Disponibles partout

Un succès en parti dû au sentiment de liberté. Les trottinettes sont disponibles partout, géolocalisées à l'aide d'un smartphone et surtout, on peut les déposer n'importe où, en libre accès pour un prochain utilisateur.

Mais cette liberté était devenue un problème, dans la cité phocéenne, les trottinettes étaient étalées sur les trottoirs, gênaient le passage des piétons et offraient un spectacle visuel désolant. La municipalité voulait mettre un peu d'ordre et en finir avec "cette anarchie".

Circ, Voï et Bird retenus

Mercredi après-midi, Jean-Luc Ricca, conseiller municipal délégué au stationnement et à la circulation, a annoncé que trois opérateurs seulement étaient retenus pour exploiter ce nouveau mode de transport : l'Allemand Circ, le Suédois Voï et le Californien Bird.

"Je voulais avoir de bonnes relations régulières avec les opérateurs, alors le choix de trois sociétés m'a semblé suffisant, contrairement à d'autres villes qui en ont 18", explique l'élu à la circulation.

Ces sociétés pourront mettre chacune, à disposition du public, 2.000 trottinettes électriques. Le parc représentera donc un total de 6.000 deux-roues.

Les lauréats signent un contrat d'un an, renouvelable deux fois. A l'issue de cette période, un nouvel appel à projets pourra être lancé.

La déception de l'opérateur historique 

L'opérateur historique Lime, qui avait pourtant installé ses trottinettes dès le 19 janvier dernier, a été éliminé de l'appel à projets. Il a peut-être payé le prix de l'expérimentation. 

"Les membres du jury ont été unanimes sur le choix des lauréats, mais au-delà des critères définis dans l'appel à projets, j'ai aussi écouté les Marseillais et notamment les CIQ (Comités d'Intérêts de Quartiers). Il est vrai que certaines nuisances constatées n'ont pas été en faveur de certaines sociétés", reconnaît Jean-Luc Ricca.

Dans un communiqué, l'opérateur Lime se dit déçu d'avoir été écarté et ne comprend pas cette décision. L'entreprise indique avoir investi plusieurs millions d'euros, employer 150 salariés, sans compter une centaine de partenaires actifs pour la recharge et le déploiement des trottinettes au quotidien.

La société avait également recruté une équipe d’éducateurs formés pour prévenir du vandalisme et sensibiliser la population au bon comportement à adopter en trottinette.

"Lime s’était fixé un objectif : servir les Marseillais pour s’inscrire dans le paysage local. Notre déception est à la hauteur de cet engagement et des efforts déployés", précise le communiqué.

Le dernier opérateur, Wing Scooter, installé à Marseille était une start-up marseillaise. Cette jeune société a été éliminée. "C'est vrai, cette société n'a pas démérité, mais les trois lauréats ont présenté de meilleurs dossiers", avoue l'élu.

Plus de discipline

Le 17 avril dernier, un appel à projets a été lancé pour restreindre le marché des trottinettes et exiger de la discipline. Onze opérateurs se sont portés candidat. La municipalité devait annoncer ses choix le 15 juillet dernier, mais les dossiers n'étaient pas satisfaisant, notamment sur le plan de la sécurité.

La ville a demandé aux candidats plus de précisions. Huit sociétés sont restées dans la course et le jury n'en a retenu que trois. Trois opérateurs disposant chacun de 2.000 trottinettes électriques, mais la municipalité se réserve le droit de modifier encore ce nombre par la suite.

Sécurité et discipline 

Pour sélectionner les trois sociétés qui ont été retenues, la municipalité avait défini plusieurs critères. L'aspect technique représentait 70% de la note, la ville souhaitait des trottinettes avec un frein et un avertisseur sonore.

Mais l'objectif le plus important pour les élus en charge de la circulation et du stationnement était mettre de l'ordre, de la discipline et préserver l'espace public (30% de la note technique).

Pour cela, les opérateurs avaient le libre choix de la solution, que ce soit sous forme de station comme pour les vélos en libre-service ou par des tarifs préférentiels pour inciter les utilisateurs a ramener la trottinette à un endroit défini.

Enfin, l'un des critères était aussi de demander aux opérateurs de reverser un pourcentage de leur chiffre d'affaires à la ville. Ce critère comptait pour 30% de la note finale.

Bientôt une convention avec les opérateurs

Une convention sera prochainement signée entre la ville et les opérateurs. Ce contrat prévoit le montant de la part fixe et de la part variable de la redevance que ces sociétés devront verser à la municipalité.

Ce contrat va aussi fixer les exigences de la ville, en terme de sécurité et de bonne conduite, en référence aux stationnements "anarchiques" des trottinettes.

"Je vais lister les obligations pour les opérateurs. Je leur ai déjà demandé d'organiser des cessions de formation et de prévention destinées aux usagers", indique Jean-Luc Ricca. Il ajoute également que sur le volet répressif, les forces de l'ordre puissent sanctionner les mauvais comportements, comme la circulation sur les trottoirs ou dans la voie des bus.

Cette convention stipulera entre-autre que pour les deux-roues jetés à la mer, les opérateurs auront quatre jours pour procéder à leur enlèvement.

Toujours dans le cahier des charges des obligations, les trottinettes électriques ne seront disponibles au public que de 5h à 22h, ce qui devrait limiter les risques de vandalisme nocturne.

Quelques chiffres après huit mois d'exploitation

Nombre d'utilisateurs : 403.543
Nombre de trottinettes à disposition du public : 4.697
Nombre de trajets effectués à trottinettes : 1.975.694
Nombre de kilomètres parcourus à trottinettes : 3.716.648 km
Nombre d'accidents (avec intervention des secours) : 283 (soit 1,1 accidents par jour)
Environnement : 416 tonnes de CO2 n'ont pas été rejetées dans l'atmosphère

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus