• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : l'EPIDE, un centre de réinsertion aux accents militaires et artistiques

Une réinsertion d'inspiration miilitaire / © Malik Karouche / France 3 Provence-Alpes
Une réinsertion d'inspiration miilitaire / © Malik Karouche / France 3 Provence-Alpes

Plus de 150 jeunes de toute la région PACA sont au centre L'EPIDE pour une remise à niveau. Ils ont décroché du système scolaire, et passeront 8 mois dans ce centre de réinsertion pour retrouver du travail. Ils font leur lit au carré, apprennent à se mettre au garde-à-vous et écrivent de la poésie. 

Par Nathalie Deumier

L'EPIDE est un centre de réinsertion étonnant. Niché dans le quartier des Aygalades, dans le 15ème arrondissement de Marseille, on y voit des barbelés sur les clôtures, puis des jeunes portant l'uniforme. Ces mêmes jeunes se réconcilient avec les lettres, le calcul, leur santé, les démarches administratives... Ils ont entre 18 et 25 ans, sont pensionnaires et tous volontaires pour passer des mois ici. Huit mois de contrat au départ, qui peuvent être prolongés. Une bonne remise à niveau, un vrai soutien, qui leur permet de rechercher du travail.
 
Bilan de l'EPIDE
Intervenants : Catherine Caoudal, Directrice du centre EPIDE de Marseille / Aziza Haïti, Volontaire à l'EPIDE / Samy layadi, Volontaire à l' EPIDE / Un reportage de Christian Pesci, Malik Karouche et Béatrice Joubert

L'EPIDE rencontre Karwan

Au mois de février 2019, un « choc des cultures » se produit dans le centre. Un choc non violent, en l’occurrence. Certains pensionnaires travaillent avec une artiste. Parce que la culture, ils n’y ont pas eu accès non plus dans leur quartier, ou dans leur éducation.

La compagnie de théâtre de rue Karwan est située à 500 mètres de l’établissement d'insertion. Un jour, les artistes viennent frapper à la porte de ces drôles de voisins pour faire connaissance. Résultat : un atelier de création est entrepris. Il s’appelle Acte 1 : la cantine du récit graphique.

L’auteure Karelle Ménine travaille avec une douzaine de volontaires. Et pour écrire en douceur, le thème de la cuisine est choisi. Entre recettes de cuisines et poésie, le goût de l’écriture envahit les participants. Leurs textes s’affichent désormais sur les murs de la cantine.
 
L'EPIDE et les artistes
Un reportage de Nathalie Deumier, Xavier Schuffenecker et Annette Despretz
Le projet culturel va continuer entre les deux structures, très singulières. Le chemin qui sépare les deux établissement sera décoré, par les pensionnaires petit à petit, jusqu'en 2022. 

 

Sur le même sujet

Sylvie Ponthus (06)

Les + Lus